Publié le 27/01/2012

TESA SCRIBOS à Savigny-le-Temple l'ami des marques

Tesa scribos, filiale de l’allemand tesa, implantée depuis 1992 à Savigny-le-Temple, a fait de la lutte contre la contrefaçon sa spécialité. Son arme : des étiquettes adhésives ultrasophistiquées contenant des informations uniques, propres à chaque produit étiqueté.

Tesa scribos, filiale de l'allemand tesa, implantée depuis 1992 à Savigny-le-Temple, a fait de la lutte contre la contrefaçon sa spécialité. Son arme : des étiquettes adhésives ultrasophistiquées contenant des informations uniques, propres à chaque produit étiqueté.

Damien Guille, directeur commercial de l'entité française de tesa scribos.

 

 

 

 

 

 

 

30 a 40 % de progression annuelle. Une performance à faire pâlir d'envie n'importe quel chef d'entreprise en ces années de crise. C'est pourtant bien la performance qu'affiche tesa scribos, filiale de tesa, l'un des leaders mondiaux des produits adhésifs, appartenant à l'allemand Beiersdorf. “Nous sommes un peu la start-up du groupe” avance Damien Guille, directeur commercial de l'entité française de tesa scribos, installée à Savigny-le-Temple depuis 2006. “Nous travaillons sur un marché en pleine expansion : la lutte contre la contrefaçon”.
 
Une contrefaçon qui représenterait même aujourd'hui, selon l'OMC, 10 % du commerce mondial. “Nos étiquettes protègent des pièces détachées automobiles, des produits pharmaceutiques, des produits de luxe mais aussi des produits plus inattendus, comme par exemple, une marque de miel turque”.
 
Comment un fabricant d'adhésifs est-il devenu un spécialiste de la contrefaçon ? Tout commence en 1998 lorsque des physiciens de l'université de Mannheim qui étudient les technologies de marquage, découvrent que le ruban adhésif tesafilm ordinaire est un support efficace pour stocker de grandes quantités de données dans un espace réduit. Ils contactent donc tesa, qui réagit au quart de tour et finalise la technologie (laquelle sera plus tard baptisée tesa Holospot®). En 2001, quarante brevets plus tard, nait ainsi tesa scribos. “Nos étiquettes, collées sur chaque produit ou packaging, constituent un outil d'authentification à plusieurs niveaux de lecture” détaille Damien Guille. La première lecture, qui porte sur un code unique iridescent (une structure “holographique”) est effectuée à l'œil nu, par les douanes, les revendeurs ou les consommateurs.
 
La seconde authentification est faite à l'aide d'une loupe, qui permet d'identifier un code unique présent en micro texte. La dernière authentification enfin, n'est possible qu'avec un lecteur spécifique. “Taille, couleur, logo iridescent, niveaux de lecture supplémentaires...
 
Nous développons des solutions personnalisées pour chacune des marques avec lesquelles nous travaillons” précise Damien Guille qui ajoute : “toutes nos productions ont lieu en interne avec des technologies sécurisées”.
 
Après tout juste dix ans d'existence, tesa scribos possède des bureaux commerciaux en Grande-Bretagne, en Europe Centrale, en Turquie, en Russie, aux États-Unis et en Asie. L'implantation française de Savigny-le-Temple (rattachée aux sites de productions allemands) rayonne sur toute la zone Sud-Ouest de l'Europe. C'est la deuxième plus importante de la marque. “Contrepartie d'un marché très porteur” conclut Damien Guille, “nos objectifs sont toujours plus ambitieux !”

www.tesa-scribos.com

"Nous développons des solutions personnalisées pour chacune des marques avec lesquelles nous travaillons."
Damien Guille, directeur commercial

TESA SCRIBOS C'EST QUOI ?

TESA SCRIBOS
- 9 personnes (réparties entre la France et la zone S-O de l'Europe)

TESA FRANCE
- 47 personnes

TESA SE
- 50 filiales dans le monde
- 3 700 personnes

LES DATES 
1998 - Les physiciens Steffen Noehte et Matthias Gerspach utilisent le tesafilm pour stocker des données
fin 2001 - Création de tesa scribos par tesa en collaboration avec les inventeurs
2004 - Lancement du tesa Holospot® comme technologie majeure dans un portefeuille de solutions d'identification et d'authentification

SOURCE
Trajectoires n° 24 – FÉVRIER - MARS 2012

Tags: 

Abonnez-vous à notre newsletter

Format : 11/2017
Format : 11/2017