Publié le 06/11/2015

Site Paris-Sénart de l’ICAM, à Lieusaint : une école d’ingénieurs au Carré Sénart

Implanté au cœur du Carré Sénart, le nouveau site de l’Icam (Institut Catholique d’Arts et Métiers) a été inauguré le 2 octobre 2015. Cette école d’ingénieurs propose des formations généralistes en cinq ans, qui permettent de s’orienter vers tous types de secteurs et de fonctions.

L'Icam dispense des formations d'ingénieurs, accessibles à bac et à bac+2 en cursus initial, continu ou par apprentissage. Avec ses étudiants de cinquième année, l'école offre également des services aux entreprises (conseil, développement de produits ou process, organisation, accompagnement du changement...). En outre, dès septembre 2016, une école de production intégrée à l'Icam permettra aux élèves en situation d'échec scolaire d'obtenir un CAP, en vue de s'insérer sur le marché du travail.

Des formations généralistes

Durant les trois ou quatre premières années, les étudiants de l'Icam reçoivent un enseignement généraliste dans les domaines des sciences de l'ingénieur (sciences mécaniques, sciences de l'électricité, informatique...) – à l'exception des sciences du vivant – et en sciences humaines (sociologie, philosophie, éthique...). “Nos formations sont multi-secteurs et multi-fonctions” souligne Matthieu Vicot, directeur du site Paris-Sénart de l'Icam. À l'issue de leur cursus, certains ingénieurs deviennent chefs de projet en entreprise ; d'autres travaillent dans les métiers de la conception ou de la logistique ; d'autres encore rejoignent les secteurs du commerce, des achats ou de la finance. “En entreprise, dans les grands groupes ou les PME, ils jouent souvent un rôle d'interface entre les spécialistes et les non-spécialistes” précise Matthieu Vicot.

Le dernier-né de l'Icam à Sénart

Déjà présent sur cinq autres sites français (Lille, Nantes, Toulouse, Vannes et La Roche-sur-Yon), l'Icam poursuit son développement national avec cette nouvelle implantation à Sénart et s'inscrit dans la dynamique d'une ville nouvelle en plein essor, tant du point de vue économique que démographique. Autour de l'école, d'autres structures vont bientôt voir le jour : le théâtre de Sénart, une résidence hôtelière, mais aussi une zone commerciale avec de nouvelles activités de loisirs. Dans les prochaines années, d'autres établissements d'enseignement supérieur devraient également s'implanter au Carré Sénart. Pour l'Icam site de Paris-Sénart, la prochaine étape consistera à développer la superficie de l'école, afin d'accroître sa capacité d'accueil.

Aux 14 000 m² actuels (7 000 m² dédiés à l'école et 7 000 m² à la partie résidence), l'école prévoit d'ajouter 7 000 m² dédiés à l'enseignement d'ici cinq ans. “Nous aurons 1 000 étudiants sur notre campus à l'horizon 2025” déclare Matthieu Vicot. Si les formations dispensées sur les différents sites de l'école sont toutes identiques, trois thématiques de recherche sont spécifiques au site de Paris-Sénart : le bâtiment et la ville durable, la logistique et la supply chain, ainsi que la santé et les biotechnologies.

Une ouverture à l'international

Grâce à ses implantations dans les pays émergents – Afrique Centrale (Institut UCAC-Icam) et Inde (Loyola Icam College) –, l'Icam propose des formations ouvertes sur le monde. “Nos étudiants et apprentis partent en moyenne six mois à l'étranger, dans l'une de nos écoles partenaires” indique Matthieu Vicot. Aujourd'hui, l'école travaille sur de nouvelles collaborations à l'international, notamment en Afrique de l'Est (Tanzanie et Kenya) et en Amérique du Sud.

 

 

 

 

“L'objectif était de créer un pôle des sciences de l'ingénieur autour de l'Icam et de l'Université Paris-Est Créteil, en lien avec le tissu économique local.”

Matthieu Vicot, directeur du site Paris-Sénart de l'Icam.

UNE PÉDAGOGIE INTÉGRALE

L'Icam porte les valeurs humaines au cœur de son projet pédagogique. Elle s'intéresse aux projets de vie de ses élèves, apprentis et stagiaires et prend en compte la personne tout entière. Au cours de leur formation à l'Icam, les élèves sont également invités à s'investir dans une association à travers l'“action de solidarité”, favorisant l'esprit d'ouverture et d'entraide. “Avec des promotions de 100 étudiants, les sites sont à taille humaine. Les jeunes évoluent pendant cinq ans ensemble et nouent des liens forts. L'Icam, c'est comme une famille” souligne Matthieu Vicot.

 

Tags: 

Abonnez-vous à notre newsletter

Format : 11/2017
Format : 11/2017