Publié le 31/05/2016

Sénart. Croissance, recyclage et emplois solidaire, le modèle gagnant d’ATF Gaïa

atf parisien
atf parisien

Moissy-Cramayel, le 29 mars. Sylvain Couthier dirige ATF Gaïa, une entreprise qui agit à la fois pour l’environnement et l’emploi solidaire : elle offre une nouvelle vie au vieux matériel informatique et télécom des sociétés par des salariés handicapés. 

Des caisses remplies de disques durs d'un côté, des rangées d'écrans d'ordinateur et de téléphones de bureau de l'autre... Bienvenue chez ATF Gaïa, à Moissy-Cramayel, dans la ville nouvelle de Sénart (Seine-et-Marne). Cette entreprise pas comme les autres, qui fête ses 20 ans cette année, redonne vie au matériel informatique et télécom des entreprises tout en créant des CDI pour les personnes en situation de handicap.

Une combinaison protection de l'environnement et emploi solidaire qui se révèle gagnant : ATF Gaïa connaît une croissante affolante depuis sa création : + 15 % de chiffre d'affaires par an en moyenne, un effectif passé de 35 à 80 salariés entre 2009 et 2016 et des contrats qui se succèdent avec de grandes sociétés (lire ci-dessous).

Clés

  • 11,3 millions € de chiffre d'affaires en 2015 (+ 10 %)
  • 20 ans d'expérience
  • 80 salariés en 2016, contre 35 en 2009
  • 53 personnes affectées à la production, dont 45 travailleurs handicapés
  • 188 000 produits informatiques et télécoms traités par an
  • 61 % des produits traités sont revendus après reconditionnement ou en pièces détachées
  • 300 000 références de pièces détachées dans son catalogue

« Nous récupérons plus de 188000 produits par an chez nos clients, lorsqu'ils changent de parc informatique par exemple : ordinateurs, écrans, téléphones, tablettes, claviers, imprimantes, onduleurs... », explique Sylvain Couthier, président du groupe ATF, maison mère d'ATF Gaïa. « Nos salariés les trient. Selon l'état des produits, soit ils sont reconditionnés et revendus à des revendeurs informatiques, des professionnels, des sites comme e-Bay ou notre site web de revente aux particuliers, soit ils sont désassemblés en pièces détachées qui seront à leur tour revendues (batteries, cartes graphiques, ventilateur d'ordinateur...), soit ils sont envoyés au recyclage auprès d'un spécialiste, Paprec, qui en récupèrera les matières. »

Moissy-Cramayel, le 29 mars. Soit les produits collectés par ATF Gaïa sont reconditionnés et revendus, soit ils sont mis en pièces détachées (ici, des disques durs d'ordinateur), soit ils sont envoyés chez un recycleur. (LP/Marine Legrand.)

 « Ici, l'entreprise me fait confiance », témoigne Laurent, salarié depuis dix-sept ans

Moissy-Cramayel. Laurent Breton fait partie des 80 salariés d'ATF Gaïa. Souffrant d'une invalidité, il a intégré l'entreprise il y a 17 ans et a gravi les échelons petit à petit jusqu'à devenir aujourd'hui responsable de la production. (Aymeric Warmé-Janville 2016.)

Cela fait 17 ans que Laurent Breton est salarié chez ATF Gaïa et cela fait 17 ans qu'il s'y plaît, au point d'y rester travailler même lorsqu'il a fini ses heures. Invalide à la suite d'un accident militaire qui lui a broyé l'os du talon, Laurent y a débuté comme stagiaire puis a gravi les échelons les uns après les autres jusqu'à devenir aujourd'hui responsable de la production. « Je gère près de quarante personnes. Ce qui me plaît ici, c'est que l'entreprise me fait confiance, elle me donne envie de m'impliquer. Et c'est une société en progression, dynamique, avec du challenge, des remises en question et des patrons jeunes. »

Une grande partie de ses collègues à la production est également en situation de handicap mais le sujet passe complètement inaperçu entre eux et personne n'est différencié ou stigmatisé à cause de tel ou tel handicap. L'entreprise, toutefois, se met davantage à l'écoute de son personnel qu'une société classique : « Nous adaptons le poste à l'invalidité de chacun », précise-t-on chez ATF Gaïa. « Parfois, quand je fais visiter l'entrepôt à des élèves ou des apprentis, j'oublie que nous avons du personnel handicapé, confie Laurent. Et ce n'est qu'à la fin que je leur dis : « Ah, au fait, nous sommes une entreprise adaptée, avec des salariés en situation de handicap. »

Au final, 61 % des matériels arrivant dans l'entrepôt d'ATF Gaïa retrouvent une seconde vie et évitent le recyclage. « Vu que la construction d'un PC neuf nécessite 1 500 litres d'eau et émet 160 kg de CO², nous avons ainsi économisé en 2015 120 millions de litres d'eau, soit 48 piscines olympiques, et 12 900 t de CO², soit les gaz émis par un avion qui ferait 2 264 fois le tour de la Terre. »

L'entreprise agit donc en faveur de l'environnement mais pas seulement : 80 % de sa production sont assurés par du personnel handicapé. « Sur nos 53 salariés affectés à la production, 45 sont en situation de handicap », souligne Sylvain Couthier, qui précise que la quasi-totalité du personnel est en CDI.

Moissy-Cramayel, le 29 mars. ATF Gaïa récupère chaque année plus de 188000 matériels informatique et de télécommunication usagés auprès d'entreprises. (LP/Marine Legrand.)

 Côté clientèle, ce statut d'entreprise adaptée est une vraie manne : les clients d'ATF Gaïa peuvent ainsi réduire jusqu'à 50 % leurs contributions Agefiph (travail handicapé), tout en valorisant leur vieux matériel informatique. Un business gagnant-gagnant qui contribue au succès de cette société.

Sciences-Po lui confie son dépannage informatique en ligne

Paris, octobre 2015. Depuis septembre 2015, Sciences-Po confie à ATF Gaïa le dépannage en ligne de son vaste parc informatique. Ce service effectue près de 1 000 interventions par mois auprès des enseignants, étudiants et personnels du groupe. (Marta Nascimiento.)

Avec 13 000 étudiants, 4 220 enseignants et 880 salariés, le groupe d'enseignement Sciences-Po est doté d'un parc informatique conséquent, réparti sur ses différents sites à Paris et en province où il forme des futurs cadres dirigeants des secteurs public et privé. Depuis septembre 2015, il confie à ATF Gaïa la collecte et le « recyclage » de ses ordinateurs obsolètes ainsi que son service de dépannage informatique en ligne, via un système de sous-traitance.

Concrètement, plusieurs salariés d'ATF Gaïa souffrant de handicap physique ou sensoriel sont présents au siège parisien de Sciences-Po. Ce service assistance informatique en ligne effectue plus de 1 000 interventions par mois auprès des professeurs, étudiants ou du personnel faisant face à un souci avec leur PC, tablette, tableau numérique...

Sciences-Po a choisi ATF Gaïa car il s'agit d'une entreprise adaptée, c'est-à-dire employant du personnel handicapé. « C'est un axe stratégique pour nous, reconnaît Elsa Géroult, responsable de la politique handicap chez Sciences-Po. Désormais, dès que nous avons un marché ou achat à effectuer, nous étudions la pertinence de faire appel ou non à une entreprise adaptée. Ce marché d'assistance en ligne avait des critères très exigeants : il fallait pouvoir dépanner les gens très rapidement, avoir un bon niveau informatique, être capable de prendre des appels et parler d'autres langues car nous avons énormément d'étrangers ici. » Un pari réussi pour ATF Gaïa, fière de travailler pour une institution si prestigieuse. Et pour Sciences-Po, « l'arrivée de ces salariés a permis de faire changer en interne certains préjugés sur le handicap. »

 

Article de Marine Legrand – Le Parisien| 31 Mai 2016, 10h04 - Photo |©Marine Legrand/LEPARISIEN

ATF Gaïa, 564, rue de la Motte, à Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne). Tél. 01.64.13.66.99. www.atf-gaia.fr. Revente du matériel aux particuliers : www.laptopservice.fr

 

 

Tags: 

Abonnez-vous à notre newsletter

Format : 08/2017
Format : 08/2017