Publié le 24/06/2013

L'ICAM Paris-Sénart : une école d'ingénieurs de renom choisit le Carré Sénart pour implanter son nouveau campus

Fondée il y a plus de cent ans à Lille, l'ICAM, école d'ingénieurs intégrée, n'était pas présente en Île-de-France. Depuis la rentrée, c'est chose faite, avec un nouveau site à Sénart. L’implantation a été préparée en amont, en collaboration avec les acteurs locaux.

Fondée il y a plus de cent ans à Lille, l'ICAM, école d'ingénieurs intégrée, n'était pas présente en Île-de-France. Depuis la rentrée, c'est chose faite, avec un nouveau site à Sénart. L'implantation a été préparée en amont, en collaboration avec les acteurs locaux.

Jean-Pierre Pauwels, directeur adjoint de l'ICAM Paris-Sénart.

 

 

 

 

 

 

 

Le choix de Sénart pour l'implantation de ce nouveau site n'a rien du hasard. D'une part il y a un soutien fort des pouvoirs publiques. De l'autre, l'accueil très favorable de l'UPEC.

“Le lien de l'ICAM avec le monde industriel est très ancien, il remonte à sa création”. Jean-Pierre Pauwels, directeur adjoint de l'ICAM Paris-Sénart, inauguré à la rentrée 2012, sait de quoi il parle : il travaille depuis trente ans au sein de l'ICAM, groupe qui regroupe six écoles d'ingénieurs en France et trois sites à l'étranger : Pointe noire et Douala (en Afrique Centrale) et Chennai (en Inde). “La première école a été fondée à Lille en 1898 à la demande du patronat de la région”, retrace t-il. “Leur objectif était de disposer d'un pôle technique qui puisse former des cadres et responsables d'équipes sur le terrain, à l'époque, essentiellement dans le secteur textile”. Une collaboration avec le tissu industriel local qui ne s'est pas démentie depuis. Et le site de Sénart ne déroge pas à la règle : il propose à ses futurs ingénieurs quatre thématiques en adéquation avec les domaines d'activités les plus actifs du département seine-et-marnais : “bâtiment et ville durable” en lien avec le pôle de compétitivité Advancity, “santé et biotechnologie”, “logistique et supply chain” et “écologie industrielle et sociale”.

Main dans la main avec les acteurs locaux
“Le choix de Sénart pour l'implantation de ce nouveau site n'a rien du hasard” continue Jean-Pierre Pauwels. “D'une part, il y a un soutien fort des pouvoirs publiques de Sénart et du Conseil général de Seine-et-Marne.
De l'autre, l'accueil très favorable de l'Université Paris-Est Créteil et de son antenne de Sénart”. L'UPEC a ainsi mis à disposition de l'ICAM des locaux et a entamé une réflexion sur des actions pédagogiques et de recherche communes ainsi que sur des formations croisées.
“Sans eux, nous n'aurions pas pu assurer cette première rentrée”. Car l'ICAM n'intégrera ses nouveaux locaux au coeur du Carré Sénart, qu'à la rentrée 2015 : 15 000 m2 de bâtiments avec notamment, une résidence de 312 chambres, un projet immobilier ambitieux qui devrait accueillir, d'ici une dizaine d'années, un millier d'élèves, suivant des études d'ingénieurs ou une formation professionnelle de type CAP, Bac pro ou BTS.
En attendant, en septembre dernier, l'école avait choisi de limiter sa première promotion à 23 élèves.

Des promotions restreintes pour un encadrement optimal
Un démarrage qui se fait donc en douceur. “On veut garantir un bon niveau de recrutement” décrypte Jean-Pierre Pauwels qui multiplie les forums d'orientations à destination des lycées de la région pour mieux faire connaître son établissement. “Et puis, nous voulons garantir un accompagnement personnalisé des élèves, par des enseignants disponibles, présents à plein temps dans nos locaux”. L'enseignement, généraliste de l'ICAM s'articule autour des sciences fondamentales et de disciplines plus appliquées comme la thermodynamique, la mécanique des fluides et l'électrotechnique, avec, et c'est une particularité de l'école, une place importante faite aux sciences humaines. Un cursus plébiscité par les entreprises.
La preuve : au forum national de l'ICAM, organisé en avril dernier à Nantes, une trentaine d'entreprises avaient fait le déplacement. Et pas des moindres : L'Oréal, la SNCF, Colas, Unilevel, Safran ou encore Bonduelle. “L'industrie continue à recruter”, affirme Jean-Pierre Pauwels “et nos ingénieurs sont très appréciés”.

Les initiales ICAM désignent l'Institut Catholique d'Arts et Métiers car le groupe a été créé il y a plus d'un siècle en collaboration avec les Jésuites.
Ce compagnonnage, discret, se traduit aujourd'hui par une série de valeurs qui servent de colonne vertébrale à la formation des étudiants et à leur vie sur le campus, dans le respect des convictions personnelles de chacun. Dans l'ordre : la confiance, la liberté, la solidarité et la responsabilité.

Une école, un credo

Les initiales ICAM désignent l'Institut Catholique d'Arts et Métiers car le groupe a été créé il y a plus d'un siècle en collaboration avec les Jésuites.
Ce compagnonnage, discret, se traduit aujourd'hui par une série de valeurs qui servent de colonne vertébrale à la formation des étudiants et à leur vie sur le campus, dans le respect des convictions personnelles de chacun. Dans l'ordre : la confiance, la liberté, la solidarité et la responsabilité.

SOURCE
Trajectoires n° 31 – JUIN-JUILLET-AOUT 2013

Tags: 

Abonnez-vous à notre newsletter

Format : 11/2017
Format : 11/2017