Publié le 31/10/2011

Le CNAM à Melun : un accélérateur de carrières

Depuis la rentrée, le Cnam s’est installé dans les locaux du lycée Saint-Aspais de Melun et propose des cours du soir. Économie, gestion, communication, droit, management, informatique ou encore ingénierie mathématique, le centre délivre des certifications et des diplômes de niveau bac à bac +4.

Depuis la rentrée, le Cnam s’est installé dans les locaux du lycée Saint-Aspais de Melun et propose des cours du soir. Économie, gestion, communication, droit, management, informatique ou encore ingénierie mathématique, le centre délivre des certifications et des diplômes de niveau bac à bac +4.

"Avec ou sans le bac, les portes sont nombreuses. C'est ce que nous nous appliquons à prouver au quotidien."
Laure Beauvilliers, Directrice de centre Marne-la-vallée et melun-Sénart

“Lorsque les gens poussent notre porte, ils sont toujours un peu déboussolés.” Laure Beauvilliers dirige le centre seine-et-marnais du Cnam, anciennement situé à Savigny-le-Temple et installé depuis la rentrée dans les locaux du lycée Saint-Aspais de Melun. Cnam, pour Conservatoire national des arts et métiers. “On est très connu mais on regroupe tellement de choses, c’est difficile de faire un choix parmi toutes nos formations.” Le centre de Melun propose ainsi des formations dans dix domaines : communication-langues étrangères, comptabilité-contrôle audit, culture-information-technique et société, économie-finance, management, informatique ou encore ingénierie mathématique.

Dédramatiser le retour sur les bancs de l’école
Mais la richesse de l’offre n’est pas seule en cause dans ces hésitations. L’enseignement du Cnam s’adresse à des personnes qui ont quitté l’école depuis parfois dix, quinze, vingt ans ou plus et appréhendent d’y retourner. Aussi, au Cnam, on ne dit pas “étudiant” mais “auditeur”, un vocabulaire tout sauf anodin. “Notre public est constitué d’adultes, d’où le terme “auditeurs”, explique Laure Beauvilliers. Nous ne pouvons pas proposer un enseignement scolaire, et notre rôle est de dédramatiser le fait de repartir sur les bancs de l’école.”
Avec son équipe pédagogique, Laure Beauvilliers reçoit en entretien chacune des personnes qui souhaite s’inscrire à une formation et rassure sur l’accessibilité des diplômes.

Des diplômes accessibles à tous
Car la crise amène des professionnels qui veulent retrouver un nouveau souffle et enrichir leur CV mais n’ont pas forcément la possibilité de faire de longues études, complexes et contraignantes. “Beaucoup de gens pensent que le Cnam est très élitiste, regrette Laure Beauvilliers. Traditionnellement on connait nos ingénieurs, nos diplômes finaux bac +4, mais on connaît moins notre formation initiale.” Le centre de Melun propose ainsi des licences et des masters généraux de type universitaire mais également des certificats de compétence accessibles à niveau bac. “Le but est de toucher toutes les populations”, insiste Laure Beauvilliers. Un certificat professionnel – la formation la plus courte – peut se préparer en un an, à raison de trois fois trois heures par semaine ou en un an et demi si le rythme est trop soutenu. Les cours du soir, souvent suivis après une longue journée de travail, prennent en compte les contraintes de fatigue et de stress. “Il faut que ce soit une bouffée d’air frais plutôt qu’une contrainte, tout en étant efficace.”

Un enseignement orienté vers l’entreprise
Les savoirs sont constamment mis en relation avec l’expérience des auditeurs par des enseignants passés à la fois par l’université et par le monde de l’entreprise : “Il s’agit de mettre en forme des choses qu’ils ont déjà travaillées, de mettre en exergue des savoirs qui sont cachés par l’expérience.” Car la mission de départ du Cnam est la promotion sociale. Et les tarifs pratiqués, particulièrement peu élevés, sont à l’image de cette ouverture. “Avec ou sans le bac, les portes sont nombreuses, conclut Laure Beauvilliers. C’est ce que nous nous appliquons à prouver au quotidien !”

www.cnam-melunsenart.fr

La licence économie/gestion : la plus plébiscitée

Les “auditeurs“ déjà titulaires d’un bac +2 disposent d’un accès direct en troisième année avec seulement 5 modules et un niveau d’anglais à valider. Les spécialisations, au nombre de 3, comportent chacune 2 cours annuels :

• Gestion de l’entreprise : finance d’entreprise et action commerciale internationale.
• Commerce international : action commerciale internationale et géographie / économie du commerce international.
• Finance : finance d’entreprise, gestion politique et financière puis finance d’entreprise, comptabilité financière et outils mathématiques.

SOURCE
Trajectoires n° 23 – NOVEMBRE-DECEMBRE 2011

Tags: 

Abonnez-vous à notre newsletter

Format : 11/2017
Format : 11/2017