Publié le 30/01/2015

La Seine-et-Marne, le grenier de l’Île-de-France

La Seine-et-Marne représente 58% des surfaces agricoles utiles et 51 % des exploitations franciliennes. Mais la proximité de Paris lui impose aussi une importante prise en compte environnementale, notamment pour préserver ses ressources en eau.

À elle seule, la Seine-et-Marne représente près de la moitié de la superficie de l'Île-de-France (12 000 km² ). Composée de plateaux, de plaines et de vallons,  jouissant d'un climat propice, elle propose un large éventail de productions agricoles, parfois spécialisées (bière, cidre, fromages...), même si sa spécialisation céréalière reste forte (65% des SAU en 2012). L'agriculture biologique est encore timide, avec 86 exploitations et 3 804 ha sur plus de 330 000 ha de SAU (chiffres 2012) - soit 2%. Elle doit composer avec une urbanisation croissante : l'équivalent de la surface d'une commune disparaît chaque année. Le nombre d'exploitations est donc à la baisse (2 650 en 2010, soit – 20% en 10 ans), mais leur surface moyenne (127 ha) a progressé dans les mêmes proportions et l'emploi reste important : 5 700 actifs hors saisonniers. Autre évolution significative : le développement des exploitations sociétaires (GAEC, EARL, etc.), qui concernent une entreprise de production sur 2, contre 1 sur 9 il y a encore 25 ans.

(Source : Chambre d'agriculture de la Seine-et-Marne)

Tags: 

Abonnez-vous à notre newsletter

Format : 11/2017
Format : 11/2017