Publié le 03/09/2012

L’INTERNATIONAL C’EST AUSSI EN SEINE-ET-MARNE

Quand la croissance nationale est en panne, l’implantation d’entreprises étrangères est d’autant plus précieuse pour le développement économique. Avec ses infrastructures de communication uniques, son offre immobilière attractive et ses pôles de compétences reconnus, la Seine-et-Marne fait mieux que tenir son rang dans la compétition qu’elle livre aux autres territoires français. Dans le sillage des grands groupes internationaux, une dynamique se crée.

Quand la croissance nationale est en panne, l'implantation d'entreprises étrangères est d'autant plus précieuse pour le développement économique. Avec ses infrastructures de communication uniques, son offre immobilière attractive et ses pôles de compétences reconnus, la Seine-et-Marne fait mieux que tenir son rang dans la compétition qu'elle livre aux autres territoires français. Dans le sillage des grands groupes internationaux, une dynamique se crée.

A gauche : C'est en 1996 que Nestlé France SA. et ses unités opérationnelles à Noisiel, en Seine-et-Marne, s'installent dans l'ancienne chocolaterie Menier.
A droite : Les entreprises Still, ou encore Henkel ont choisi “Arlington Square - Parc International d'entreprises” au cœur de Val d'Europe.

SEINE-ET-MARNE DÉVELOPPEMENT : DES RÉPONSES ET DES SOLUTIONS

La société Kettner Umwelttechnik s'est implantée à Lognes, en Seine-et-Marne.

 

 

 

 

 

L'agence de développement économique du Département de Seine-et-Marne mobilise toutes ses ressources pour repérer les sociétés étrangères désireuses de s'installer en France, leur faire connaître les atouts de son territoire et faciliter leur installation. Chaque année, une dizaine de nouvelles entreprises misent ainsi – gagnant – sur la Seine-et-Marne.

Dans quelques semaines, un important groupe autrichien spécialisé dans les produits de façade annoncera officiellement son implantation à Chelles. Un temps en compétition avec d'autres départements de la petite couronne parisienne, la Seine-et-Marne a donc remporté une nouvelle victoire. “Au cours d'une première phase, nous accueillerons le siège de la filiale France avec ses directions générales, commerciales ou logistiques, avec à la clé une dizaine de personnes recrutées sur place, se réjouit Elodie Quilleré, en charge de l'international à Seine-et-Marne Développement. Mieux : d'ici 2 à 3 ans, le groupe (1,6 milliard d'euros de CA) prévoit de construire une première usine de production pour alimenter le marché français”.
Autre motif de satisfaction, le secteur d'activités du groupe autrichien qui renforcera la dynamique de la Seine-et-Marne dans les éco-matériaux et la ville du futur portés par le pôle de compétitivité Advancity et le Cluster Descartes (cf. page 10). Si toutes les activités sont les bienvenues, une attention particulière est en effet portée aux autres secteurs les plus porteurs en Seine-et-Marne parmi lesquels, également, la logistique, l'aéronautique ou les Technologies de l'Information et de la Communication.
Quelques mois et trois rencontres ont suffi à Elodie Quilleré pour “boucler” cette implantation. “Toutes les affaires se concluent rarement aussi vite, mais l'année dernière, nous avons traité une quarantaine de dossiers avec un taux de réussite de 25 %. Dans ce dossier, c'est d'abord l'excellent positionnement géographique du département et ses réseaux de communication qui ont fait la différence”. La capacité de Seine-et-Marne Développement à mobiliser tous ses experts, notamment pour lui trouver des locaux, a fait le reste.

La mobilisation est générale
“Quand nous identifions une entreprise étrangère susceptible de venir investir sur notre territoire, notamment via nos représentants à Londres et Berlin (cf. page 10), nous nous efforçons d'apporter des réponses à toutes ses questions et des solutions à toutes ses exigences, résume François Xavier Deflou, le Directeur général de l'agence. Selon les cas, cela passera par une recherche active de locaux, la fourniture d'une analyse de marché, un accompagnement aux formalités administratives, la mise en relation avec des clubs d'entreprises, une aide au recrutement, etc. Si nécessaire, nous prenons même à notre charge financière les premiers rendez-vous avec un expert-comptable ou un avocat bilingue.” Un “Welcome business package” complémentaire à celui de l'ARD (Agence Régionale de Développement) ou le site en anglais “East Paris” complètent une boite à outils très bien fournie.

La stratégie est visiblement payante, puisque la Seine-et-Marne compte à ce jour quelque 600 entreprises à capitaux étrangers (cf. la rubrique “À la Carte” page 13) sur son territoire pour un total de 60 000 emplois. Disney, Honda, STILL, Nestlé, Goodrich, Jeff de Bruges, Sony, Siemens, BASF, Arvato Bertelsmann, WABCO, TITEFLEX Aerospace, NOOS, SICK, MAKITA, GE Water and Process Technologies y figurent en bonne position, sources d'un incontestable effet d'entraînement.

 

INTERVIEW : Jessica Mooneean. Responsable du Bureau francophone de Kettner Umwelttechnik, Lognes.
Comment êtes-vous entrée en contact avec Seine-et-Marne Développement ?
J. M. : C'est l'ARD (Agence Régionale de Développement) qui nous a mis en contact avec Elodie Quilleré, en charge de l'accueil des entreprises étrangères à Seine-et-Marne Développement. Ensuite, tout s'est passé rapidement – et très efficacement.
“En quelques semaines, Seine-et-Marne Développement nous  a permis de nous faire connaître sur  le marché français  et de trouver  nos locaux.”

Quelle a été la nature de l'accompagnement dont vous avez bénéficié ?
J. M. : Avant même notre implantation, Seine-et-Marne Développement nous a offert l'opportunité d'exposer à moindre coût au salon Pollutec, donc de faire connaître sans tarder nos solutions de pompage et de traitement des eaux aux professionnels du marché français. Puis, l'agence nous a aidés à trouver des locaux adaptés en analysant nos besoins. Nous savions aussi pouvoir compter sur Seine-et-Marne Développement pour décortiquer toutes les questions administratives, sociales ou fiscales liées à notre installation.

Dix-huit mois plus tard, êtes-vous toujours en contact ?
J. M. : Oui, car le développement de notre filiale va bientôt rendre nécessaire la recherche de nouveaux locaux plus vastes. Naturellement, nous allons demander à Seine-et-Marne Développement de nous aider à les trouver.

 

DES ATOUTS QUI FONT LA DIFFÉRENCE

Vue des USA, d'Allemagne ou de Chine, la Seine-et-Marne ne bénéficie pas toujours d'une reconnaissance immédiate. En coordination avec ses partenaires, Seine-et-Marne Développement s'attache donc d'abord à situer son territoire avec quelques références fortes...

Pour retenir l'attention d'une entreprise étrangère susceptible de venir s'implanter en France, une agence de développement économique ne dispose parfois que de quelques minutes au détour d'un salon ou d'une mission à l'étranger. Il s'agit alors d'être concis et efficace. Pour Seine-et-Marne Développement, éveiller l'intérêt est plutôt facile. “Généralement, je cite Paris CDG, Disney, l'INSEAD et Fontainebleau, sourit Elodie Quilleré. Cela suffit à nous situer dans le Grand Paris auquel nous faisons aussi immédiatement référence.”
Pour un groupe situé à des milliers de kilomètres, donc naturellement soucieux de disposer d'infrastructures de communication très performantes, la seule mention de la plateforme aéroportuaire de Paris CDG, combinée à un réseau autoroutier dense, est une excellente entrée en matière.
D'autant que l'action de Hubstart Paris® pour promouvoir le territoire du Grand Roissy à l'international commence à porter ses fruits. Hubstart Paris® offre aux investisseurs étrangers un ensemble de services gratuits en conseil et en accompagnement pour faciliter leur implantation sur le territoire. À cheval sur trois départements – la Seine-Saint-Denis, la Seine-et-Marne et le Val d'Oise – ce pôle d'activité dynamique a attiré à lui seul en 2011 près de 14 % des projets d'investissements étrangers en Île-de-France, comptabilisant 20 % des emplois créés ou maintenus dans la région.
Une entreprise venant s'implanter veillera à disposer, sur le territoire qu'elle choisira, de toutes les ressources nécessaires à son développement. De ce point de vue-là aussi, la Seine-et-Marne est plutôt bien pourvue. Non contente d'être une plateforme logistique de premier ordre – condition indispensable pour irriguer un marché – elle dispose de toute la matière grise nécessaire à l'innovation et aux transferts de technologie. C'est vrai à Marne-la-Vallée avec le Cluster Descartes (cf. page 10), mais aussi dans le secteur Sénart - Melun avec le pôle SNECMA de Villaroche ou à Fontainebleau avec l'INSEAD, régulièrement classé parmi les meilleurs MBA du monde, Mines ParisTech (mathématiques, énergies, environnement...) et les universités de Paris VII et XII (biologie végétale, administration et gestion des entreprises).

4 pôles de compétitivité  en appui
La Seine-et-Marne est partie prenante dans 4 des 8 pôles de compétitivité actuellement opérationnels en Île-de-France : Advancity, ASTech Paris Région, CapDigital et System@tic (cf. page 4) rassemblant des grands groupes, quelque 1 000 PME et plus de 300 structures de formation et de recherche.

Fondé en 1957, l'I.N.S.E.A.D. est l'une des plus prestigieuses écoles de management mondiales. Ici, son campus de Fontainebleau.

 

 

 

 

 

 

INTERVIEW : Patrick Nicolle. Directeur commercial de Shimadzu France, Noisiel.
Pourquoi votre société a-t-elle choisi de s'implanter en Seine-et-Marne il y a dix ans ?
P. N.
: Shimadzu a décidé de créer sa propre filiale en 2002, afin de mieux répondre aux exigences de sa clientèle. Considérant la situation géographique de son siège européen, à Duisbourg en Allemagne, le choix de la Seine-et-Marne s'est imposé.

Avec le recul, ce choix vous donne satisfaction ?
P. N.
: Absolument. Nous bénéficions en Seine-et-Marne d'infrastructures très commodes : le TGV à Marne-la-Vallée pour visiter nos clients de l'Est et du Sud de la France, les autoroutes A 104 (CDG), A4, A5, A1 toutes proches, et la gare RER de Noisiel au pied de notre immeuble. Par ailleurs, la Seine-et-Marne connaît un développement économique très fort. Cet environnement est porteur.

“Nos ventes  en France ont notablement progressé depuis notre implantation en tant que filiale nationale.”

Avez-vous facilement trouvé les locaux dont vous aviez besoin ?
P. N. :
Oui, tout d'abord à Croissy-Beaubourg, puis à Champs-sur-Marne et fin 2011 à Noisiel, au fur et à mesure de notre développement. Le prix très raisonnable de l'immobilier seine-et-marnais a également joué dans notre choix. En effet, la création de notre filiale n'avait pas été budgétée, à l'époque, par le groupe, qui souhaitait une implantation rapide à moindre coût.

L'OPPORTUNITÉ  DE RENFORCER  LES FILIÈRES D'EXCELLENCE

La Seine-et-Marne cible prioritairement l'accueil de sociétés positionnées sur ses secteurs d'activité historiques. Les pôles d'excellence en sont renforcés et les entreprises bénéficient d'un environnement favorisant leur développement.

C'est à Emerainville qu'Hoya Lens France est implantée depuis déjà 12 ans.

 

 

 

 

 

En mai dernier, le Groupe allemand Rhenus (3 milliards d'euros de CA – 18 000 collaborateurs) a mis en service à Gretz-Armainvilliers un nouvel entrepôt logistique de 32 000 m2 pour renforcer sa présence en France. Le choix de la Seine-et-Marne par ce poids lourd européen du transport et de la logistique résulte directement de l'action conjointe et concertée de Seine-et-Marne Développement et de Terrain, son cabinet de prospection à Berlin.

“Très logiquement, nous ciblons en priorité des sociétés positionnées sur les secteurs d'excellence de la Seine-et-Marne, détaille Katharina Arnold, la chargée d'affaires qui a suivi ce dossier pour Terrain. La concurrence entre territoires français et européens étant plus forte que jamais, s'appuyer sur des filières fortes et des grands noms permet parfois de faire la différence”. Même son de cloche à Londres où Pauline Boucet (cabinet Frenger International Ltd) prospecte elle aussi pour le compte de la Seine-et-Marne. “Les TIC, le tourisme d'affaires, l'aéronautique ou les éco-activités figurent en tête de liste. L'année dernière, cette stratégie nous a par exemple permis de repérer les projets d'implantation en France d'At&T (téléphonie). Nous avons passé le relais à Seine-et-Marne Développement et une installation a été décidée à Noisiel.”

Des éco-activités en plein boom
Si la Seine-et-Marne brille historiquement dans certains secteurs comme l'aéronautique ou la logistique, d'autres thématiques qui ont émergé ces dernières décennies sont riches de promesses. Cette année, Disney fête par exemple le 20e anniversaire de l'ouverture de son premier parc à Marne-la-Vallée (cf. Trajectoires n° 26). Dans son sillage, la Seine-et-Marne est devenue la 1ère destination touristique européenne. Un même élan se dessine en faveur des éco-activités et de la construction durable grâce à l'action conjointe du pôle Advancity, du Cluster Descartes (voir ci-contre) et de structures d'enseignement et de recherche au rayonnement international (CSTB, Ecole des Ponts...). En bonne place dans le projet de territoire de la Seine-et-Marne, ce secteur jouit en outre d'une offre foncière dédiée, d'une forte croissance endogène, d'un très gros potentiel en termes d'éco-rénovation et de spécialités fortes comme l'efficacité énergétique, la valorisation des déchets ou les bio-matériaux.

 

DES RÉFÉRENCES DE POIDS

Les entreprises internationales qui ont fait le choix de la Seine-et-Marne sont les meilleurs atouts du département pour vanter sa destination.
- Logistique : Rhenus, Kuehne Nagel, IKEA, Arvato Bertelsmann...
- Industrie : Hama, Hoya, Silec Cable, Still, Corning, SMR Automotive, Trophy, Goodrich, K-Tron...
- Tourisme : Disney et de nombreuses résidences hôtelières.
- Éco-activités et construction : BT France, Knauf Platres et Cie, Alho, Eurovia, GE Water & Process Technologies, Aircotech, Viessmann, AGC...

 

1 000 CHERCHEURS SUPPLÉMENTAIRES AU CLUSTER DESCARTES

La ville durable de demain se bâtit aujourd'hui à la Cité Descartes (Champs-sur-Marne, Noisy-le-Grand) qui réunit déjà, sur un même site récemment labellisé Grand Paris, 57 laboratoires, 2 000 chercheurs et 1 450 doctorants, soit 25 % des équipes françaises de R&D sur les thématiques urbaines (Centre scientifique et technique du bâtiment, école des ponts et chaussées, école nationale des sciences géographiques...). Ce potentiel va encore s'accroître avec l'arrivée de 1 000 chercheurs supplémentaires de l'Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux (IFSTTAR) dépendant du Ministère de l'écologie ou de l'Institut Technologique FCBA (Forêt, Cellulose, Bois-Construction, Ameublement) dans un nouveau bâtiment qui accueillera aussi la future école d'urbanisme de Paris.
“La Cité Descartes est le cœur scientifique du Cluster Ville Durable du Grand Paris. Elle met en relation tout un potentiel de recherche, de formation et d'entreprises pour détecter et accompagner des produits innovants et ainsi développer une nouvelle économie qui rayonnera sur tout le département, résume Christel Lefèvre, la directrice de Descartes Développement”.
En partenariat étroit avec Seine-et-Marne Développement, l'EPAMarne, le SAN du Val Maubuée, la CCI 77 ou le PRES Université Paris Est, le Cluster avance à grands pas. 130 000 m2 de bureaux et 65 000 m2 supplémentaires de laboratoires, de commerces et de services vont rapidement sortir de terre. Le projet Efficacity orienté sur l'efficacité énergétique des villes démarrera prochainement sous l'impulsion de Véolia Environnement et du PRES.
Dans la dynamique du colloque scientifique international “Penser et faire la ville durable” organisé en clôture du Grenelle 2 de l'environnement et de la convention d'affaires internationale “Green City” qui s'est tenue en janvier 2011, à l'initiative de Seine-et-Marne Développement, les partenaires travaillent d'ores et déjà à une seconde édition de plus grande ampleur en septembre 2013.

 

SOURCE
Trajectoires n° 27 – SEPTEMBRE-OCTOBRE 2012

Tags: 

Abonnez-vous à notre newsletter

Format : 10/2017
Format : 10/2017