Publié le 04/04/2012

L’EOGN : Un pôle d’excellence pour la formation des officiers.

Fondée en 1901 à Paris, l'École des Officiers de la Gendarmerie Nationale (EOGN) est installée à Melun depuis octobre 1945. Dotée d'un musée et d'un centre de recherche, partenaire de plusieurs universités, elle constitue un pôle d'excellence pour la formation des officiers, tant sur le plan militaire qu'académique.

Fondée en 1901 à Paris, l'École des Officiers de la Gendarmerie Nationale (EOGN) est installée à Melun depuis octobre 1945. Dotée d'un musée et d'un centre de recherche, partenaire de plusieurs universités, elle constitue un pôle d'excellence pour la formation des officiers, tant sur le plan militaire qu'académique.

Bâtiment état-major de l'EOGN.

 

 

 

 

 

 

9 décembre 2011 : Cérémonie de remise des sabres.

 

 

 

 

 

 

L'EOGN est une Grande École à part. Un détour par son musée suffit  pour s'en convaincre : plus de 10 000 objets, d'innombrables photographies et documents d'archives y témoignent d'une histoire singulière qui fait écho à notre histoire nationale. Créée en 1901 à la caserne Schomberg à Paris, l'EOGN a pour vocation initiale d'apporter un complément de formation aux sous-officiers susceptibles d'accéder au corps des officiers. En 1918, à l'issue du premier conflit mondial, l'école s'installe à Versailles. Durant la seconde guerre mondiale, elle déménage successivement à Pau puis à Courbevoie avant de s'implanter définitivement dans le quartier Augereau à Melun, le 1er octobre 1945.

Bel esprit d'ouverture
Loin de se reposer sur ses glorieuses traditions, l'EOGN n'a de cesse de s'ouvrir à l'extérieur. Dès 1918, elle intègre dans ses rangs les officiers issus des autres armées. Et c'est en toute logique qu'en 2002 le recrutement sera ouvert par voie de concours aux universitaires (civils) titulaires d'un diplôme de fin de deuxième cycle. Cet esprit d'ouverture la porte également vers l'étranger grâce a des partenariats avec les écoles de gendarmerie d'Italie, d'Espagne, du Portugal, des Pays-Bas, de Roumanie, du Maroc et, bientôt, de Jordanie.

Formation militaire, professionnelle et universitaire
L'école compte plus de 300 personnels civils et militaires et accueille jusqu'à 1 500 officiers stagiaires pour des formations initiale et continue. La formation initiale des officiers de la gendarmerie se déroule sur deux années (une seule pour les lieutenants issus des grandes écoles militaires et pour les capitaines) selon trois axes principaux : un volet proprement militaire pour développer l'identité de l'officier, avec notamment un cycle “éthique et déontologie”, un volet professionnel sur la base d'enseignements fondés sur des mises en situation de commandement et l'acquisition de savoir-faire tactique et technique, un volet académique, enfin, visant à l'obtention d'un diplôme universitaire de troisième cycle. Les officiers-élèves de gendarmerie sont rattachés au Master “Droit et stratégies de la sécurité”, au D.U. “Gestion de la sécurité internationale” en partenariat avec Paris II Assas (ouvert aux étudiants civils) ou au certificat de l'IEP d'Aix-en-Provence “Formation à l'intelligence économique et politique” (pour les élèves déjà titulaires du Master). Les officiers-élèves du corps technique et administratif de la gendarmerie sont quant à eux rattachés au Master Management et Conseil (spécialité Management des organisations) en partenariat avec Paris est Créteil Val-de-Marne.

Un centre de recherches et, bientôt, un musée ouvert au public
Depuis 2008, l'EOGN est dotée d'un centre de recherche (CRGN) et, suite à l'intégration du centre d'enseignement supérieur de la gendarmerie, elle est la seule entité compétente pour la formation générale des officiers de la gendarmerie nationale.
C'est dans ce même souci de cultiver son héritage tout en se reformant en permanence que l'école prévoit l'ouverture d'un nouveau musée en janvier 2014. Étendu et ouvert sur l'extérieur, il constituera le premier grand établissement présentant au public l'histoire de la gendarmerie. Avant même son ouverture, il a déjà reçu l'appellation “Musée de France”.

 

Le CRGN
Le Centre de Recherche de la Gendarmerie Nationale comprend :
- un département recherche organisé autour de 6 thématiques fortes : sécurité et territoire, sécurité et environnement, sécurité et sciences, éthique de la sécurité, droit et sécurité, histoire et sécurité
- un département documentation qui dispose d'un fonds de 16 000 ouvrages couvrant de multiples domaines : différents aspects du droit, l'organisation judiciaire, les sciences sociales et humaines, l'histoire de la gendarmerie, de la police et des trois armées, les sciences de l'organisation, de la gestion et de l'information, la géopolitique, l'économie, le management...

SOURCE
Trajectoires n° 25 – AVRIL-MAI 2012

Tags: 

Abonnez-vous à notre newsletter

Format : 08/2017
Format : 08/2017