Publié le 30/01/2015

ELBI À SAINT-SOUPPLETS : Des vis de transmission haute performance

Créée en 1976 à Saint-Soupplets, la société Elbi est spécialiste des vis à billes, particulièrement utilisées dans les machines-outils. Depuis 2008, elle développe également la fabrication de vis à rouleaux satellites, destinées aux technologies de pointe telles que l’aéronautique et la robotique. 

“Je suis né et j'ai grandi à Meaux. Je voulais revenir aux sources”. Lorsque Jean-Yves Lambert, passé par les Arts et Métiers, HEC et la direction de sites industriels, décide de voler de ses propres ailes en reprenant une entreprise, il choisit donc de prospecter en Seine-et-Marne. Ce sera la société Elbi, créée en 1976 à Saint-Soupplets, spécialisée dans les vis à billes et son brevet de rectification profonde. “La vis à bille est un équivalent de vis-écrou mais avec des billes intercalées entre les deux pièces, ce qui permet de diminuer fortement le frottement”. Les vis à billes permettent de transformer un mouvement de rotation en un mouvement de translation, une technologie utilisée notamment dans la fabrication de machines-outils modernes.
 

De la vis à billes à la vis à rouleaux satellites

À l'affût d'innovations, le tout nouveau PDG est bien décidé à ne pas en rester là. “Avec les vis à billes, on est limités par la taille des billes : les efforts qu'on peut faire transiter par la vis sont donc réduits”. Jean-Yves Lambert jette son dévolu sur une technologie prometteuse, la vis à rouleaux satellites. Des rouleaux filetés assurent la fonction de roulement à la place des billes. La charge est partagée par un plus grand nombre de points de contact ce qui donne des capacités de charge et une durée de vie bien supérieure (jusqu'à quinze fois).
 

Aéronautique et robotique

En 2008, Jean-Yves Lambert crée Planetel, filiale à 100 % d'Elbi, consacrée exclusivement au développement de gammes de vis à rouleaux satellites. Son objectif : élargir sa clientèle, jusque-là très industrielle et migrer vers des applications pour des machines plus évoluées, conçues pour l'aéronautique, la robotique et la technologie médicale (appareils de radiologie, d'irradiation, exosquelette...). “Comme il y a très peu de frottement, le déplacement est d'une très grande précision avec un encombrement faible”.
 

Une technologie de pointe

Depuis 2005, Elbi a recruté des opérateurs mais surtout des profils de type ingénieur. “Nous venons même de recruter un thésard en contrat Cifre qui fait de la modélisation pour nous” s'enthousiasme Jean-Yves Lambert. Cette importance donnée à la Recherche et Développement a permis à l'entreprise de Saint-Soupplets de doubler son chiffre d'affaires en moins de dix ans... et lui donne aujourd'hui des ailes : “Nous avons un projet très prometteur avec Volvo : une grue qui fonctionnera de façon entièrement électromécanique. On pourra soulever des charges très importantes avec une préhension extrêmement fine”. Un projet qui devrait permettre à Elbi de gagner encore en envergure et d'affirmer son ambition à l'international où il est déjà présent (notamment en Inde et en Turquie).

+ d'infos : www.elbi-france.com

ELBI C'EST

- 1 million d'euros de CA
- 15 salariés
- 1  800m² de surface dont 1  500 de production
- + de 20 de machines-outils dont 4 rectifieuses brevetées ELBI

LES DATES

1976 : Création d'ELBI
2005 : Reprise par Jean-Yves Lambert
2008 : Création de l'activité vis à rouleaux satellites et création de Planetel, filiale à 100 % d'Elbi
2010 : Démarrage du commerce à l'international
2011 : Déménagement pour tripler la surface des locaux

 


“Nous avons un projet très prometteur avec Volvo : une grue qui fonctionnera entièrement de façon électromécanique et bientôt d'autres suivront.”

 

Jean-Yves Lambert, PDG d'Elbi 

 

 

 

 

 

 

 

Tags: 

Abonnez-vous à notre newsletter

Format : 10/2017
Format : 10/2017