Publié le 10/12/2010

DVAI à Tournan-en-Brie : un succès inoxydable

Acier inoxydable ou inox. Très utilisé dans l’industrie, ce matériau fait les beaux jours de DVAI, une société familiale basée à Tournan-en-Brie. Après un solide ancrage dans l’hexagone, l’entreprise s’attaque désormais à l’international.

Acier inoxydable ou inox. Très utilisé dans l’industrie, ce matériau fait les beaux jours de DVAI, une société familiale basée à Tournan-en-Brie. Après un solide ancrage dans l’hexagone, l’entreprise s’attaque désormais à l’international.

Marie Julien, Directrice générale de DVAIAgroalimentaire, nucléaire, pétrochimie, cryogénie, chimie pharmacie, bâtiment, ouvrages d’art. Point commun ? L’utilisation de l’inox. Avec un marché aussi vaste, rien d’étonnant à ce que DVAI (pour découpe et vente d’acier inoxydable) n’ait cessé d’accroître son activité depuis sa création en 1989.
“Au début, l’entreprise se résumait à deux commerciaux”, raconte Marie Julien, fille du fondateur de DVAI et aujourd’hui Directrice générale d’une entreprise qui compte une vingtaine de personnes. “Nous faisions du négoce de pièces découpées et de profilés en acier inoxydable. DVAI achetait et revendait à des assembleurs, des chaudronniers et des mécaniciens essentiellement.” Entre 1989 et 1994, DVAI, simple revendeur, prend la mesure des besoins en France et du fort potentiel du marché. À partir de 1994, la société décide donc de se lancer également dans la production. Elle investit d’abord dans un bâtiment industriel puis, en 1995, dans des machines et du stock. “C’est notre force par rapport à nos concurrents, assure Marie Julien. Nous avons un stock de plus de mille tonnes de tôle inox provenant d’aciéries européennes certifiées, ce qui nous permet de garantir à nos clients des délais courts et une bonne qualité.” Autre atout de taille, l’entreprise dispose d’un grand parc de machines avec des capacités uniques en Europe de découpage et de formage de fonds bombés.

"DVAI dispose d’un grand parc de machines avec des capacités uniques en Europe de découpage et de formage de fonds bombés."
Marie Julien, directrice générale de DVAI

Courant 2000, DVAI se dote d’un service commercial mieux organisé et plus performant, afin de conquérir de nouveaux marchés, en s’orientant notamment vers le bâtiment et la pétrochimie. Entrée en 1997 dans l’entreprise, Marie Julien accompagne sa mutation. Ingénieur fraîchement diplômée de l’INPG, la jeune femme apprend le métier en passant par tous les services : fabrication, programmation des machines puis partie commerciale. Cette formation interne est complétée par un cycle d’un an à HEC. “Je ne suis pas arrivée en me disant ça y est, je suis directrice générale et je m’installe derrière mon bureau. J’ai souhaité comprendre de l’intérieur le fonctionnement de DVAI avant d’apporter ma pierre.”

Aujourd’hui, DVAI continue son essor, notamment grâce au marché du nucléaire, avec des centrales nouvelle génération EPR comme celles de Flammanville, qui font grimper les demandes d’inox. De plus, l’entreprise, qui jusqu’à maintenant centrait son travail de prospection sur la France, recherche désormais des cibles à l’export. Depuis cette année, elle multiplie ainsi les tournées à l’étranger : Belgique, Suisse, Allemagne, Italie, Grande-Bretagne, Tunisie… Et ce développement à l’international devrait s’accélérer avec l’embauche, dès la rentrée, d’un commercial trilingue
français-anglais-allemand.

+ d'informations : www.dvai.fr

DVAI, C’EST QUOI ?

  • 4,6 M€ de chiffre d'affaires en 2009
  • 20 personnes
  • 800 clients différents facturés en 2009
  • 4 000 commandes livrées en 2009

LES DATES

1989 : Création de DVAI
1996 : Investissement dans une machine plasma immergé et fraises scies
1998 : Investissement dans des machines de fabrication de fonds bombés
1999 : Investissement dans des machines de polissage de fonds et viroles
2002 : Investissement dans des machines de découpe laser 2D et presse plieuse
2011 : Projet d’investissement dans une machine de découpe jet d’eau

SOURCE
Trajectoires n° 17 – SEPTEMBRE OCTOBRE 2010

Tags: 

Format : 02/2017
Format : 02/2017

Abonnez-vous à notre newsletter