Publié le 13/11/2014

Dipsamatic à Bussy-Saint-Georges : distribution automatique de bien-être

Dipsamatic, spécialisée dans la distribution automatique, est implantée à Bussy-Saint-Georges. Depuis son rachat par Sam Elpitiya en 2004, l’entreprise développe une offre qualitative associant à ses machines... des espaces de convivialité sociale.

 

« Pour créer de la croissance interne [...], il faut d'abord maintenir la clientèle existante et pour cela, le plus important, c'est d'être à l'écoute, actif et réactif. »

Sam Elpitiya, PDG de Dipsamatic

 

Lorsque Sam Elpitiya rachète Dipsamatic, en 2004,  il n'est pas un nouveau venu dans le secteur de la distribution automatique : “j'avais déjà réalisé une étude de marché sur le secteur pour le compte d'un de mes anciens employeurs et intégré durant un an une structure commerciale implantée en Île-de-France, spécialisée dans la distribution automatique”. C'est d'ailleurs à l'occasion de cette expérience que l'aspirant entrepreneur croise la route de Dipsamatic, fondée par deux associés six ans auparavant. “Avec moins de 400 000 euros de chiffre d'affaires en 2003, c'était une petite entreprise de proximité... mais elle avait un fort potentiel”. Sam Elpitiya se rend à la banque avec un projet de développement qui convainc.

“Je voulais proposer une offre qualitative, haut-de-gamme et mettre les moyens pour embaucher des gens compétents”. À cet effet, le tout nouveau PDG fait notamment appel à un designer afin de concevoir des espaces personnalisés. “Mon idée n'était pas de proposer de simples machines à café, mais des espaces bien-être, de convivialité sociale”.

Efficacité et réactivité

Sam Elpitiya restructure également toute l'organisation de Dipsamatic, en nommant un directeur à la tête de chacune des six entités de l'entreprise : exploitation, service technique, direction qualité, direction administrative, service commercial, logistique. “Pour créer de la croissance interne, il ne s'agit pas simplement de signer des contrats, il faut d'abord maintenir la clientèle existante. Et pour cela, le plus important, c'est d'être à l'écoute, actif et réactif”. Chacun des véhicules est ainsi équipé d'un système de géolocalisation, afin d'optimiser les tournées et traiter le plus rapidement possible les appels reçus sur la hotline. “Un appareil en panne, c'est à la fois du mécontentement et moins de chiffre d'affaires”.

Concurrencer les multinationales

Après cette première étape de croissance interne, Sam Elpitiya entame en 2006 une phase de croissance externe via le rachat des sociétés Minimatic, Caféine et Dis Auto. Résultat : à la tête d'un parc de près de 3000 machines, Dipsamatic compte aujourd'hui plus d'une cinquantaine de salariés et affiche un chiffre d'affaires de 6,6 millions d'euros. Prochaine étape sur la route du succès : décrocher des contrats d'ampleur nationale. Sam Elpitiya a, là encore, une stratégie très claire : “pour avoir accès à ces marchés, lorsqu'on est indépendant -donc ni dans un modèle capitalistique ni dans un regroupement d'entreprises- il faut développer un réseau d'agences partout en France”. Pour y parvenir, le PDG compte avant tout sur les compétences et l'engagement de ses salariés : “une société qui se développe, c'est d'abord des hommes et des femmes qui œuvrent à ce développement, adhèrent à un projet commun, dans un échange et un mouvement permanents. Une société, il faut que ça vive et que ça bouge !”.

+ d'infos : www.dipsamatic.fr

 

DIPSAMATIC C'EST
- 6,6 millions de CA
- 1300 clients
- 3000 appareils
- 54 salariés
- 32 véhicules pour le service exploitation
- 9 véhicules pour le service technique
LES DATES
- 1998: Création de DIPSAMATIC
- 2004 : Rachat par Sam Elpitiya
- 2006 : Absorption de MINIMATIC
- 2011 : Absorption de CAFEINE
- 2011 : Rachat du fonds de commerce DIS AUTO 

 

Tags: 

Abonnez-vous à notre newsletter

Format : 11/2017
Format : 11/2017