Publié le 12/12/2017

ATF acteur de poids de l'économie circulaire

Le groupe ATF allonge la durée de vie des équipements informatiques et de téléphonie - Photo Aymeric Warmé-Janville 2016
Le groupe ATF allonge la durée de vie des équipements informatiques et de téléphonie - Photo Aymeric Warmé-Janville 2016

Spécialisé dans la collecte, le réemploi et le recyclage des matériels informatiques et de télécoms professionnels, le groupe ATF, qui emploie environ 50 % de collaborateurs en situation de handicap, est un acteur à la fois de l'économie circulaire et de l'économie sociale et solidaire.

Produire, vendre, jeter : le système linéaire n'est plus tenable, sauf si l'on vise un avenir dépourvu de ressources et saturé de déchets. A l'inverse, l'économie circulaire, qui repose notamment sur le recyclage des produits en fin de vie, constitue une réponse concrète aux enjeux de développement durable. Acteur majeur de ce modèle vertueux, le groupe français ATF est spécialisé dans la collecte, le traitement, le réemploi et le recyclage des matériels informatiques et de télécoms professionnels. « Nous allongeons la durée de vie des équipements », résume Sylvain Couthier, président du groupe ATF.

300.000 appareils recyclés

Fondée en 1995, cette PME - qui réalise 17 millions d'euros de chiffre d'affaires et emploie une centaine de personnes, dont près de 50 % de collaborateurs en situation de handicap - entretient une relation client-fournisseur avec les entreprises du CAC 40, du SBF 120 et du SBF 250, auprès de qui elle rachète les appareils, par exemple lorsque l'organisation cliente procède à un renouvellement de son parc. En 2016, ce sont 300.000 matériels informatiques et de téléphonie mobile qui ont ainsi été traités par ATF. Si la collecte est sous-traitée, toutes les étapes suivantes sont réalisées par le groupe : traçage, audit technique, effacement des données, réparation si nécessaire, nettoyage, reconditionnement et recommercialisation, en B to B ou en B to C, sur différents canaux de distribution, dont l'e-commerce.

Le taux de réemploi des équipements traités par ATF atteint 65 % sous forme de matériel entier ou de pièces détachées. Mais les 35 % restants ne finissent pas tous à la décharge... « Lorsque les matériels se révèlent cassés ou obsolètes, ils sont acheminés vers une filière de dépollution grâce à notre partenaire Paprec. Cela correspond à 2.500 tonnes d'équipements, dont 78 % sont revalorisés sous la forme de matière première secondaire », précise Sylvain Couthier. Claviers, disques durs, lecteurs CD et autres cartes mémoire entament ainsi une nouvelle existence grâce à ATF, groupe qui se positionne comme le premier fournisseur français de pièces détachées reconditionnées.

Le statut d'entreprise adaptée

Outre le fait qu'il est un acteur de poids de l'économie circulaire, le groupe ATF prend également part à l'économie sociale et solidaire puisque deux de ses filiales, ATF Gaia et Numerik-ea, sont dotées du statut d'entreprise adaptée. Créé en 2008 et comptant 84 % de travailleurs en situation de handicap, ATF Gaia est l'entité en charge du rachat, du reconditionnement et de la revente des matériels. Laptopservice.fr assure la vente en ligne. Pour sa part, la toute jeune filiale Numerik-ea obtiendra son agrément d'entreprise adaptée début 2018 et deviendra ainsi la première agence digitale française à développer des sites Web bénéficiant de ce statut.

« Je ne suis pas un philanthrope, je me vois comme un entrepreneur social qui apporte la preuve qu'on peut être une entreprise responsable socialement et environnementalement, tout en conciliant performance économique, rentabilité et qualité de service », conclut Sylvain Couthier, qui a été convié à participer au prochain World Economic Forum de Davos.

Julie Le Bolzer, Les Echos

 

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Format : 04/2018
Format : 04/2018