Ronan Blot
Publié par Ronan Blot
le 21/04/2011

17ème Enquête sur les besoins en emplois et en formations dans les fonctions de la logistique

    Elle figure aujourd'hui des études parmi les plus attendues concernant le secteur de la logistique...ou plus précisemment des fonctions logistiques. En ettet, la logistique n'est pas synthétisé en un simple code naf...ce ui fait d'elle, un objet statistique particulièrement difficile.

  Le périmètre de l'échantillon: 550 établissements à l'échelle de la france métropolitaine.

  Les secteurs d'activités: agro-alimentaire, pharmacie, industrie automobile et équipements mécaniques, chimie, commerce de gros, prestataires transport/logistique.

  Au sommaire (et via une utilisation des sous-titres bien pratique):

1.  La conjonture:

Une crise dont les effets ont persisté en 2010...et qui a laissé des marques profondes. Cependant des signes de reprise d'activité se sont multipliés et les prévisions des prestataires transport-logistique sont plutôt optimistes.

2.     Stratégies et organisations:

Les préoccupations environnementales augmentent en importance. Le bilan carbone est de plus en plus demandé, les garanties de délais et la qualité de service doivent être complétées par une réputation environnementale et sociale.

Le rôle des ERP se renforce.

Le mouvement deréorganisation logistique reprend de la vigeur. Ces dernières sont orientées vers la logistique client et la maîtrise des coûts.

L'optimisation des transports et dans l'entgrepôt comme levier de réduction des coûts de la Supply Chain (encore et toujours).

La sous-traitance augmente dans presque tous les secteurs d'activité.

Peu d'établissements bénéficient d'exonérations ou d'allègements de charges sociales du fait de leur localisation.

3.   Gestion des emplois et des recrutements:

Evolution des effectifs en demi-teinte notamment dans l'automobile, commerce et chimie. Cette situation est largement due la baisse d'activité et processus de réorganisation (cette fameuse variable d'ajustement) et le recours aux heures supplémentaires a augmenté. La tendance est plutôt a une augmentation des effectifs en 2011 qu'à une diminution.

Les recrutements se fcalisent massivement sur les jeuens de moins de 26 ans...quand les recrutements se font car les difficultés refont surface...et nettement.

La mobilité interne gagne en importance alors que l'interim avec la reprise d'activité joue à plein son rôle d'ajustement.

La GEPC se traduit en action plutôt dans les secteurs de l'automobile, de la pharmacie et du transport-logistique.

4.   Politique de qualification:

    La nécessité de formation pour les opérateurs dans le cadre de leur recrutement n'apparait pas comme prépondérante. Le Bac  pro logistique tire son épingle du jeu. Pour les cadres, les diplômes à Bac+2 progressent.

5.    Politiques de formation continue:

    En 2010, les formations continues das salariés de la la logistique marquent nettement le pas.

   Les entreprises se tournent vers les techniques de communication et de gestion du stress pour étayer les techniques de management.

 

    Vous l'aurez compris, au delà, une lecture attentive de cette étude est indispensable pour étayer statistiquement la problématique emploi et formation associée à la logistique.

 

 

Pas encore membre de businest ?

Pour accéder à toutes les informations du réseau et interagir avec les autres membres :

Créez votre compte