Chantal Etédali
Publié par Chantal Etédali
le 28/01/2013

Les erreurs de préparation de commandes et de collecte en entrepôt coûtent très cher aux entreprises

En ce début d'année, alors que les entreprises sont confrontées à une forte pression en termes de productivité et de diminution de leurs coûts, la nécessité de disposer de procédés de distribution irréprochables n'a jamais été aussi importante.

Il est aujourd'hui fondamental de concrétiser des objectifs de productivité et de précision pour améliorer les marges, afin d'éviter les coûts résultant des erreurs de collecte de données en entrepôt. En effet, selon une étude récente menée par Intermec, les centres de distribution perdent en moyenne 300 000 euros par an.

L'étude Intermec, qui a porté sur 250 responsables de la distribution et des chaînes d'approvisionnement aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en France et en Allemagne, souligne que les erreurs de préparation ou de collecte des commandes coûtent environ 17 euros, plus de la moitié des entreprises (52%) signalant un taux d'adéquation des commandes inférieur à 97 %. Pour 19 % des autres sociétés, aucune mesure de ces coûts n'est faite à ce jour, ce qui laisse à penser que les pertes cumulées pour la chaîne logistique sont probablement supérieures.

Sans grande surprise, les entreprises qui ont récemment évalué leur flux de travail ont constaté que le poste lié à la préparation des commandes (47 %) peut facilement faire l'objet d'économies. Les opportunités d'économies supplémentaires sont claires, les livraisons complètes (43 %) apparaissant comme le poste le plus rentable pour le résultat financier de l'entreprise.

L'amélioration des marges dans le centre de distribution passe par les nouvelles technologies

Avec près de huit managers sur dix (79 %) cherchant à réaliser des économies pouvant aller jusqu'à 19 % en moyenne, il paraît évident qu'ils portent une attention toute particulière aux technologies et procédés existants.

Près des trois-quarts (74 %) des managers estiment que l'augmentation de l'automatisation dans les centres de distribution aurait l'impact le plus important sur la profitabilité. Le même pourcentage considère que cela est également vrai pour l'adoption de nouvelles technologies.

Plus de la moitié des managers (51 %) estiment néanmoins que l'adoption de nouvelles technologies par les salariés représente un « défi majeur », et que celles-ci doivent être intuitives et simples d'utilisation. 49 % considèrent qu'il reste difficile d'identifier les secteurs du centre de distribution, au sein desquels les investissements pourraient être les plus rentables.

Plus des deux tiers des managers (68 %) estiment que la mobilité et la flexibilité des salariés sont des éléments clés pour améliorer la profitabilité – une opinion très répandue aux Etats-Unis (76 %) et en Grande-Bretagne (84 %).

La technologie sur le lieu de travail

Alors que les effets positifs des technologies nouvelles et de l'automatisation sur les résultats financiers de l'entreprise sont parfaitement reconnus, près d'une société sur quatre (23 %) continue d'utiliser le papier pour les procédures.

Malgré l'emploi continu du papier, la grande majorité des entreprises reconnaissent que des technologies modernes sont nécessaires pour améliorer les performances du centre de distribution. 72 % des managers estiment par exemple que les systèmes multifonctionnels sont des outils déterminants pour assurer une flexibilité adéquate des salariés, leur offrant notamment la capacité de prendre en charge des tâches supplémentaires.

Les grandes tendances technologiques actuelles incluent l'adoption de la RFID. Plus de la moitié (52 %) des managers interrogés font appel à cette technologie dans le cadre du centre de distribution. Ils sont plus nombreux en Allemagne (60%). Enfin, près du quart (24 %) des managers utilisent actuellement des dispositifs à commande vocale.

Source ITRnews

Pas encore membre de businest ?

Pour accéder à toutes les informations du réseau et interagir avec les autres membres :

Créez votre compte