Midori OBUCHI
Publié par Midori OBUCHI
le 08/09/2016

Brexit : le Japon menace le Royaume-Uni de délocalisations, et il ne plaisante pas

par l'OBS, le 05 septembre 2016

 

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe, à Londres, le 19 juin 2013. (Miho Takahashi/AP/SIPA)

Dans un document officiel publié ce week-end, le gouvernement nippon prévient son homologue britannique : si les négociations avec l'UE tournent mal, les groupes industriels mais aussi les banques japonaises transféreront leurs sièges sur le continent.

C'est un document de 15 pages que devraient méditer tous les Brexitophiles qui, outre-Manche ou non, assurent que la sortie du Royaume-Uni n'aura aucune conséquence dommageable pour l'économie du pays. Ce week-end, à la veille de la réunion du G20 à Hangzhou, en Chine, ce texte a été mis en ligne par le ministère des Affaires étrangères, en langue anglaise, avec un titre solennel : "Message du Japon au Royaume-Uni et à l'Union européenne". En le découvrant, la Première ministre britannique et sa délégation ont dû faire "gloups".

 

[Pascal Riché] Pascal RichéPublié le 05 septembre 2016 à 17h04Partager ce contenu

C'est un document de 15 pages que devraient méditer tous les Brexitophiles qui, outre-Manche ou non, assurent que la sortie du Royaume-Uni n'aura aucune conséquence dommageable pour l'économie du pays. Ce week-end, à la veille de la réunion du G20 à Hangzhou, en Chine, ce texte a été mis en ligne par le ministère des Affaires étrangères, en langue anglaise, avec un titre solennel : "Message du Japon au Royaume-Uni et à l'Union européenne". En le découvrant, la Première ministre britannique et sa délégation ont dû faire "gloups".

Le Brexit... dans 10 ans ?

Il s'agit d'une sèche mise en garde. Le gouvernement japonais y envisage explicitement une vague de retraits de groupes industriels, dans l'hypothèse où les négociations entre l'UE et Londres tourneraient mal. Son souhait est que "l'environnement des affaires actuel soit maintenu autant que faire se peut" : autrement dit, que presque rien ne change. Le risque, si ses souhaits n'étaient pas exaucés, est explicitement formulé :

"Les groupes japonais basés au Royaume-Uni pourraient décider de transférer leur siège en Europe continentale si les règles européennes cessaient de s'appliquer au Royaume-Uni après son retrait."

Le pays est depuis longtemps le point de chute préféré des firmes japonaises qui ont mis le cap sur l'Union européenne. L'insularité commune des deux pays n'y est pas pour grand chose. Les coûts du travail y étaient moindres que sur le continent, le syndicalisme moins menaçant, le gouvernement plus accueillant et le marché des capitaux plus accessible, avec la présence de la City.

 

Double tarif douanier ?

Environ la moitié des investissements japonais dans l'Europe communautaire y est logée, que ce soit dans l'automobile (Nissan, Honda, Mitsubishi...), la finance (Nomura, Daiwa...), la pharmacie (Takeda, Eisai) ou les technologies de l'information (Hitachi, Fujitsu). Au total, le Japon emploie 140.000 personnes outre-manche, contre 40.000 il y a vingt-cinq ans.

Le rapport publié lundi a été rédigé après une enquête menée par une "task force" auprès des différentes firmes. Le ton est assez direct, voire rude vis-à-vis de Londres : "Un certain nombre d' entreprises japonaises, parfois sur la suggestion du gouvernement, ont investi activement au Royaume-Uni, alors considéré comme une porte d'entrée vers l'Europe, et ont mis en place des chaînes de valeur à travers l'Europe. De ce fait, nous demandons fermement que le Royaume-Uni prenne cela au sérieux et réponde de manière responsable afin de minimiser les effets néfastes sur ces entreprises."

Le document dresse une liste précise des "demandes" des entreprises, une sorte de cahier de doléances qui donne un aperçu concret des casse-tête que le Brexit pose aux grands groupes industriels et financiers, qu'ils soient japonais ou pas. Ainsi, les firmes du secteur automobile redoutent de se retrouver dans une situation où des tarifs douaniers seraient appliqués deux fois : "Une première fois pour les pièces importées de l'UE (vers la Grande-Bretagne) et une autre fois pour les produits finaux assemblés au Royaume-Uni et exportés vers l'UE."

"Un grand chaos"

De même, le gouvernement japonais laisse entendre que les QG des banques nippones pourraient déménager de Londres si les négociations du Brexit ne parvenaient pas à donner à celles-ci la liberté de travailler dans l'Union européenne (le fameux "passeport européen") ou si elles mettaient fin à la capacité de la City d'abriter des chambres de compensation en euro.

Dans la pharmacie, le gouvernement japonais redoute les conséquences du Brexit, dans l'hypothèse où l'Agence européenne des médicaments, actuellement installée dans le nouveau quartier des docks de Londres, déménageait : "Si l'AEM devait déménager vers d'autres pays membres de l'UE, l'attraction de Londres pour le développement de produits pharmaceutiques serait perdu, ce qui pourrait éventuellement conduire à une réorientation des flux financiers et de personnels de R&D[Recherche et développement, NDLR] vers l'Europe continentale." 

Autre crainte, une baisse des exportations des produits japonais fabriqués en Europe vers des marchés tiers : les produits "made in UK"  risquent en effet de perde leur certificat d'origine de l'UE, "ce qui signifie que ces compagnies japonaises travaillant en Europe ne pourraient plus bénéficier des avantages des zones de libre-échange auxquelles participe l'UE". Inacceptable. Le rapport appelle enfin le Royaume-Uni à rester ouvert à la main d'œuvre de l'UE, pour ne pas créer "un grand chaos" sur le marché du travail.

Ce sont les entreprises qui in fine décideront de leur départ ou non en fonction des négociations sur le Brexit, a rappelé lundi l'ambassadeur japonais à Londres Koji Tsuruoka, sur BBC Radio. Mais au Japon, le système industriel et politique est imbriqué de tel façon que ce genre d'avertissement officiel ne peut être pris à la légère.

 

Tag :

Pas encore membre de businest ?

Pour accéder à toutes les informations du réseau et interagir avec les autres membres :

Créez votre compte