Sara KOBAYASHI
Publié par Sara KOBAYASHI
le 13/02/2018

Didi et SoftBank s'allient au Japon dans les services de VTC

SHANGHAI/TOKYO (Reuters) - Le chinois Didi Chuxing et le japonais SoftBank Group vont créer dans le courant de l'année une entreprise de services de transport au Japon, dans un contexte de bataille mondiale visant à contrôler les technologies au coeur de la mobilité urbaine.

L'arrivée au Japon de Didi confirme la volonté du géant chinois des véhicules de transport avec chauffeur (VTC) de se développer au-delà de son marché domestique, mais dans ce pays il devra faire face à la pression des compagnies de taxis qui ferraillent contre toute déréglementation du secteur.

Au Japon, les services de VTC sont strictement encadrés et excluent d'emblée les chauffeurs non professionnels, notamment pour des raisons de sécurité. En outre, les plates-formes mobiles de mise en relation entre usagers et chauffeurs sont réservées aux seules de flottes de taxis actuels.

Les deux entreprises ont dit dans un communiqué vouloir tester des services de mise en relation au Japon cette année. SoftBank est déjà actionnaire de Didi, une entreprise valorisée à plus de 50 milliards de dollars (40,72 milliards d'euros) et qui a levé quatre milliards de dollars en décembre pour financer son expansion mondiale.

En savoir +

Tag :
Sara KOBAYASHI
Publié par Sara KOBAYASHI
le 13/02/2018

Le Japon est le 6e pays le plus innovant, la France 9e

Pour la deuxième année consécutive, la Corée du Sud et la Suède se classent aux deux premières places du classement des pays les plus innovants de la planète. L'indice de la chaîne économique Bloomberg classe les pays selon sept critères, y compris les dépenses de recherche et développement et la concentration des entreprises publiques de haute technologie.

La troisième place revient à Singapour. La cité-état du sud-est asiatique devance des économies européennes comme l'Allemagne, la Suisse et la Finlande, en se plaçant notamment au premier rang dans la catégorie "efficacité tertiaire."

Le Japon, l'un des trois pays asiatiques dans le top 10, grimpe d'une place à  la sixième position. La France se hisse quant à elle au neuvième rang, rejoignant cinq autres économies européennes dans le Top 10.

Tag :
Sara KOBAYASHI
Publié par Sara KOBAYASHI
le 23/10/2017

Sénégal: Le pays et le Japon veulent conclure un accord avant fin 2017

Par Abdoulaye Ndiaye

Les discussions pour la conclusion d'un accord bilatéral sur la protection et la promotion des investissements entre le Sénégal et le Japon ont démarré aujourd'hui.

Du 09 au 11 octobre 2017, les hauts fonctionnaires des deux pays vont travailler autour de cet accord. En effet, depuis la conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (Ticad) qui s'est tenue au mois d'août dernier à Maputo (Mozambique), le Japon promeut l'accord d'investissement avec les pays africains. Ainsi, le Sénégal est parmi les pays prioritaires choisis par l'Etat japonais pour accéder au reste du continent.

Le chef de la délégation japonaise qui séjourne au Sénégal, Daisuke Nakajima considère que le Sénégal est la porte d'entrée de l'Afrique de l'Ouest. A son avis, avec cet accord qui sera trouvé avant la fin de cette année, le Sénégal pourra attirer davantage les entreprises japonaises qui vont contribuer à l'exploitation et au développement des ressources naturelles ainsi qu'à la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent d'ici 2035.

Toutefois, pour attirer plus d'investissements directs étrangers, le Conseiller technique du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'extérieur, Cheikh Tidiane Thiam indique qu'il faut approfondir le cadre juridique qui gouverne les investissements étrangers au Sénégal. « En 2006, les investissements domestiques nationaux couvraient 13% de la valeur totale des investissements et les investissements directs étrangers (IDE) avaient atteint 87% », rappelle Cheikh Tidiane Thiam. Il plaide pour la multiplication des accords de promotion et de protection des investissements.

Tag :
Sara KOBAYASHI
Publié par Sara KOBAYASHI
le 23/10/2017

Kobe Steel : le scandale de l’aluminium trafiqué au Japon

Kobe Steel, via son PDG Hiroya Kawasaki, a reconnu avoir falsifié les spécifications techniques de ses produits (aluminium et cuivre) pendant des années. Une nouvelle affaire qui décrédébilise un peu plus les sociétés nippones qui diffusent dans le monde entier avec un slogan « made in japan » synonyme jusqu'ici de qualité et fiabilité.

Plus de 500 grands groupes industriels utilisent les produits Kobe Steel, comme Nissan, Renault, Honda, Tesla, Toyota ou même Boeing... mais certainement aussi les constructeurs japonais de motos.

 

Silence on magouille !

Ce n'est pas la première affaire qui sort ces dernières années dans un pays où l'omerta règne, où la culture d'entreprise bannit toute remise en cause des décisions de la direction et où les cabinets d'audits extérieurs n'interviennent pas dans les comptes des sociétés, comme c'est le cas en Europe ou au Etats-Unis.

Bon nombre d'affaires se résumaient à un scandale financier comme chez Tohisba ou Olympus, mais l'on voit que cela peut aussi aller jusqu'à des interventions techniques sur la production comme chez Kobe Steel aujourd'hui, ou encore précédemment chez Takata, fabricant d'airbags, dont les produits défecteux ont équipé 100 millions de véhicules et coûté la vie à 15 personnes, mais aussi à la société, aujourd'hui chinoise. On peut aussi se remémorer Fukushima et toutes les corruptions ayant abouti à des malfaçons et des choix techniques qui allaient s'avérer désastreux.

Certes, en Europe, nous avons le scandale du diesel et des logiciels truqués pour passer les normes, mais cela ne met pas (directement) en cause la vie d'êtres humains. Ces sandales nippons vont forcement ternir l'image et la réputation des produits « made in Japan ».

Tag :
Sara KOBAYASHI
Publié par Sara KOBAYASHI
le 23/10/2017

Japon: la fusée H-2A place en orbite un 4e satellite de géolocalisation

La fusée japonaise H-2A a placé mardi matin dans l'espace un quatrième satellite de géolocalisation complétant ainsi un dispositif qui renforce la précision au Japon du système GPS américain.

Le 36e exemplaire du lanceur H-2A s'est élancé à 07H01 locales (lundi 22H01 GMT) de la base de Tanegashima dans le sud de l'archipel, selon les images diffusées en direct par l'Agence d'exploration spatiale japonaise (Jaxa).

Le tir a été effectué pour le compte de la Jaxa par le groupe industriel Mitsubishi Heavy Industries (MHI).

"Le satellite s'est séparé comme prévu après un vol sans problème", un peu moins d'une demi-heure après le décollage de la fusée, a précisé le commentateur de la Jaxa, saluant le succès du tir. 

Le satellite Michibiki No4 va rejoindre trois premiers engins similaires appelés Michibiki, Michibiki No2 et Michibiki No3 lancés respectivement en 2010 pour le premier et en juin et août derniers pour les deux suivants.

En savoir +

Tag :
S'abonner à RSS - Le blog de Sara KOBAYASHI