Harold CHENARD
Publié par Harold CHENARD
le 02/04/2012

Appel à projets : Innovation Responsable dans la lutte contre les pollutions

Ouvert du 2 avril au 13 juin 2012.

La Région Ile-de-France s'est résolument engagée sur le développement soutenable et maîtrisé du territoire francilien. A ce titre, elle encourage les projets d'innovation responsable des PME franciliennes contribuant à la conversion sociale et écologique de l'Ile-de-France.
Au travers de nombreuses initiatives, elle se préoccupe de l'impact de l'activité industrielle et  humaine sur l'environnement, et intervient en faveurd'actions curatives et préventives.

Considérant  les  enjeux  sanitaires,  environnementaux  et  économiques, l'appel à projets vise à faire émerger des innovations de process, produits ou services sur deux axes majeurs:
-  la réduction des risques chimiques, avec de nouvelles formulations destinées à remplacer des substances jugées dangereuses pour l'Homme et son environnement, en prenant appui sur le règlement REACH,
-  la  diminution  du  volume  et  de  la  toxicité  des  déchets (dont  les  déchets dangereux diffus), en encourageant la démarche d'éco-conception et leur valorisation.

Sont concernées les actions sur l'eau, l'air, les sols. L'accent sera particulièrement mis sur les innovations de process afin que soient proposées des solutions à caractère préventif applicables à un ou plusieurs domaine(s) d'activité.

Les  projets  candidats  devront se  conformer  aux cahier  des  charges  et  règlement d'intervention, et notamment aux critères de Recherche, Développement et Innovation adossés au développement durable. Les projets sélectionnés bénéficieront du soutien de la Région via  l'Aide à l'Innovation Responsable , dite «AIR», dédiée aux éco-innovations et  à  l'éco  design,  qu'elle  finance  en  totalité  dans  le  cadre  du  Fonds  Régional  pour l'Innovation «FRI Ile-de-France».  Le présent appel à projets est doté d'une enveloppe prévisionnelle de 1 million d'euros.

Cette opération est menée en étroite coopération avec le Centre Francilien de l'Innovation.

               Pour tout renseignement relatif à l'appel à projets, s'adresser à:

                   o  REGION ILE-DE-FRANCE  – UNITE DEVELOPPEMENT – DDEI - SAI  :
               Madame Annette CHANTEGROS
               Tél: 01.53.85.60.42
               Email: annette.chantegros@iledefrance.fr
                   o  CENTRE FRANCILIEN DE L'INNOVATION:
               Monsieur Christophe BIELLE
               Tél: 01.40.41.58.50
               Email: Christophe.Bielle@innovation-idf.org

Harold CHENARD
Publié par Harold CHENARD
le 23/03/2012

Photovoltaïque : la majoration tarifaire de 10% est reportée «sine die»

L'annonce faite par Nicolas Sarkozy d'instaurer un tarif de rachat plus élevé pour l'électricité solaire produite à partir de panneaux « made in France » devrait restée lettre morte, d'après les dernières déclarations de la Direction Générale de l'Energie et du Climat. Les professionnels du secteur expriment leur déception, ainsi que leur colère face au système d'appel d'offres.

Dans l'euphorie de l'annonce du sauvetage de la société française Photowatt, le Président de la République avait lancé, le 14 février dernier, que serait mis en place un tarif spécifique plus élevé visant à inciter les producteurs d'énergie solaire à installer des panneaux fabriqués en France. Le « made in France » était alors sur toutes les lèvres, et l'on ne parlait plus que de compétitivité des entreprises de l'Hexagone. « Il va y avoir un tarif plus élevé, d'au moins 10%, quand l'électricité sera produite à partir de panneaux fabriqués en France, c'est-à-dire à partir de 60% de valeur ajoutée des composants de l'installation produite en France », avait confirmé, par la suite, la ministre de l'Ecologie de l'époque, Nathalie Kosciusko-Morizet.

Pas de calendrier prévu
Les professionnels et industriels du secteur avaient en chœur salué la proposition du gouvernement, le même qui les avait malmenés depuis le fameux moratoire de décembre 2010. Jugeant que cette mesure allait dans le bon sens, ils étaient dans l'attente d'être informés des modalités de mise en œuvre. Las, la Direction Générale de l'Energie et du Climat (DGEC) vient de déclarer le report sine die de ce dispositif. Du coup, la publication d'un décret qui devait être publié « d'ici à quelques semaines », disait, mi-février, NKM, est ajourné. « En raison de difficultés juridiques et techniques importantes, aucun calendrier n'est prévu pour la mise en œuvre de cette mesure », a ainsi indiqué la cellule du ministère de l'Ecologie. Des propos rapportés par Enerplan, association professionnelle de l'énergie solaire, qui participait, il y a peu, à la consultation sur ce sujet.

La promesse d'un « coup de pouce à l'industrie française », comme le présentait NKM, ne pourrait donc pas être tenue. « L'industrie solaire pâtit de nouveau de l'inconstance du Gouvernement. Il prend des décisions, puis les juge trop compliquées donc les annule. (...) Passé le temps de l'annonce, les professionnels doivent maintenant expliquer à leurs clients que ce qui a été annoncé publiquement ne verra pas le jour et devront en plus subir une prochaine baisse du tarif au 1er avril », a déploré Thierry Mueth, Président d'Enerplan, dans un communiqué.

Source : http://www.batiactu.com

Harold CHENARD
Publié par Harold CHENARD
le 23/03/2012

L'incidence de l'efficacité énergétique d'un bien sur sa valeur, progresse aux deux bouts

« Les premiers résultats sont là, mais ce plan est une course de fond engagée jusqu'en 2050. Le parcours vers la réduction par 4 des émissions de CO2 du secteur à cet horizon sera semé d'embûches, mais traversera aussi des périodes de prospérité. » Dans un entretien au quotidien Les Echos, Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Grenelle, a dressé un bilan positif du vaste mouvement qui mobilise le secteur de la construction et de l'immobilier tertiaire ces dernières années. Lui qui se dit « surpris par la prise de conscience rapide que nous avons tous acquise de la nécessité d'une efficacité énergétique du bâtiment », fait le constat de nombreuses avancées. Et en premier lieu, de ce qu'il convient désormais d'appeler la « valeur verte » d'un bien. 

La valeur verte progresse
« L'incidence de l'efficacité énergétique d'un bien sur sa valeur, ce que l'on nomme la « valeur verte », progresse aux deux bouts du marché », indique-t-il, prenant pour exemple le fait que « dans 90% des ventes, les agents immobiliers affichent l'étiquette de performances thermiques, ce qui est exceptionnel pour une loi récente et dénuée de sanction ». Cette valeur verte est désormais synonyme d'actifs de qualité, bien loués et générateurs de plus-values, au grand dam des biens qui ne bénéficieraient d'aucune certification. « L'investisseur international, par exemple détenteur d'une tour à la Défense, doit maintenir des biens performants pour louer à des grandes signatures AAA et pouvoir ainsi titriser la créance. Or, les grandes entreprises ont des politiques de développement durable qui imposent au directeur immobilier de louer dans des immeubles labellisés : il va y avoir une obsolescence accélérée des immeubles existants. » Et de citer en exemple le gestionnaire d'actifs La Française AM, « qui vient d'auditer 98 immeubles et a chiffré le montant des travaux à réaliser pour faire baisser la consommation d'énergie de 40 % en 2020 à 135 € le mètre carré, soit 15 € par an : une dépense que j'estime soutenable ». Autre avancée positive du Plan Bâtiment Grenelle : l'anticipation de la RT 2012 par les promoteurs « plus vite encore que prévu. Cela signifie que cette norme est réaliste et que ses coûts sont maîtrisables », souligne Philippe Pelletier. « J'affirme qu'au 1er janvier 2013, lorsque la norme sera généralisée, on construira un logement RT 2012 au même prix que celui d'un bâtiment logement RT 2005, c'est-à-dire trois fois plus consommateur d'énergie. »

Quid de l'existant ?
Vaste sujet que celui des bâtiments existants. Si pour bon nombre d'acteurs du marché, la question reste encore floue, pour Philippe Pelletier, le mouvement est irrémédiablement enclenché. « Certains propriétaires commencent à réhabiliter. Unibail et Mercialys rivalisent d'initiatives pour leurs centres commerciaux par exemple. Mais c'est vrai que les commerces de pied d'immeubles et les industriels ont d'autres dépenses en tête actuellement. Je pense que les travaux vont se déclencher après la parution du décret sur la rénovation du parc tertiaire », précise-t-il. Quant au décret sur la rénovation du parc existant, très attendu par le marché, le président du Plan Bâtiment Grenelle assure que « c'est un sujet du deuxième semestre 2012. Le décret reprendra largement les préconisations du rapport qu'a rendu fin décembre Maurice Gauchot, le président de CBRE France. Il propose un parcours de rénovation raisonnable sur trois ans et qui débute par une mesure énergétique du parc ». Philippe Pelletier, dont le mandat se termine en août, s'est ainsi dit confiant dans la poursuite du Plan Bâtiment Grenelle. « Dans chaque camp politique, l'animation du Plan Bâtiment Grenelle est jugée efficace : je ne perçois pas que cette aventure collective singulière doive s'interrompre », conclut-il.

Source : http://www.businessimmo.com

Harold CHENARD
Publié par Harold CHENARD
le 01/03/2012

Les perspectives de développement offertes par les projets des Investissements d'Avenir soutenus par Advancity

Vous savez que les Investissements d'Avenir ont donné lieu au développement de projets nombreux au service du développement économique de la région. Mais vous ne savez peut-être pas encore en quoi ces projets concernent votre entreprise ou votre territoire.
Le pôle ADVANCITY vous invite donc à découvrir ceux qu'il a soutenus pour vous aider à entrer en contact avec les divers porteurs de ces projets qui répondront à vos questions le jeudi 8 mars 2012 à 8h30 à Marne la Vallée.

- Instituts de recherche mixte public/privé :
o Efficacity : la ville sobre en énergie
o PVIF : les technologies du photovoltaïque, particulièrement de nouvelles générations
o PS2E : l'efficacité énergétique industrielle
o System X : l'ingénierie des systèmes complexes
- Plate-formes d'innovation :
o Urbaconcept : services numériques pour la conception urbaine
o AQUA FUTURA : tests et expérimentations pour les traitements innovants et pour l'étude des rejets polluants en milieux naturels
o STREETLAB : tests et expérimentations d'innovations aux services des personnes handicapées visuelles dans les rues
- Laboratoires d'excellence
o FutursUrbains : recherche fondamentale sur les questions urbaines
- Equipement scientifique
o Sense City : un outil de test de capteurs adaptés à l'urbain
- Société de transfert technologique
o Ile de France Innov : accélération du transfert technologique des connaissances développées dans les organismes de recherche.
(liste provisoire sous réserve de confirmation)

Une large part de la rencontre sera réservée aux échanges avec les participants.
Lieu : Bâtiment ENSG/ENPC, Cité Descartes, Champs sur Marne

Vous pouvez vous inscrire dès maintenant à l'adresse : barbera.goossen@advancity.eu

Harold CHENARD
Publié par Harold CHENARD
le 16/02/2012

ECOTECH CITY : LE RENDEZ-VOUS B2B À NE PAS MANQUER !

ECOTECH CITY, le salon professionnel de la ville innovante, performante, intelligente et durable. Du 3 au 5 avril 2012 - Paris Porte de Versailles - Pavillon 4.

Avec le soutien du pôle de compétitivité Advancity

Par la variété des métiers mis en avant lors du salon EcoTech City, visiteurs et exposants ont la possibilité de partager leurs retours d'expérience et de concrétiser des projets en nouant des liens commerciaux ou de partenariat.

Les entreprises présentes sont des grands comptes et des PME/TPE proposant des produits et services liés à divers secteurs d'activités :

- Le bâtiment intelligent (Innovative Building),

- Les énergies renouvelables (photovoltaïque),

- Les infrastructures (parkings, télé-centres, aménagements urbains),

- Les transports en commun et la mobilité durable (nouveaux usages, co-voiturage, auto-partage, véhicule électrique, location longue durée),

- La santé en environnement urbain (accès personnes handicapées, technologies pour personnes à mobilité réduite, santé en ville),

- Les bureaux d'études et de mesures (bilan carbone, conduite du changement).

Un visitorat ciblé :
Les salons EcoTechCity et Innovative Building sont dédiés aux acteurs privés et publics : Architectes, Collectivités territoriales, Gestionnaires de flottes automobiles, Directeurs développement durable, DRH, Directeurs / responsables des services généraux, Intégrateurs, Dirigeants d'entreprises...

UN PROGRAMME DE CONFÉRENCES THÉMATIQUES
Pour faire le point sur les problématiques des éco-innovations pour la ville de demain, Tarsus France
et Advancity prévoient un programme de conférences plénières. Des intervenants de haute qualité mettront en lumière les grands sujets d'actualité:

- La mobilité 2.0 : les avancées

- Les transports en commun : quels enjeux ?

- Les infrastructures et leur accessibilité : état des lieux

- La ville et la santé : les défis à relever

- Les énergies et l'environnement : vers une ville 2.0 responsable ?

 

Plus d'informations : http://www.ecotech-city.com

Harold CHENARD
Publié par Harold CHENARD
le 31/01/2012

Comment impulser la rénovation du parc immo tertiaire francilien en vue de répondre aux objectifs du Grenelle de l'Environnement

Le 9 novembre dernier, Fondaterra, en partenariat avec le réseau R2DS et la Région Ile-de-France, organisait un colloque sur la thématique "Comment impulser la rénovation du parc immobilier tertiaire francilien en vue de répondre aux objectifs du Grenelle de l'Environnement ?"

Cette manifestation a réuni une centaine de personnes. Les contributions de chacun à la discussion ont été de grande qualité.

Pour retrouver les actes de ce colloque, suivez ce lien : http://www.fondaterra.com/dmdocuments/Fondaterra_actes_colloque_09112011.pdf

Les supports des intervenants sont également disponibles ici : http://www.fondaterra.com/index.php?option=com_content&view=article&id=319%3Acolloque-comment-impulser-la-renovation-du-parc-immobilier-tertiaire-francilien-en-vue-de-repondre-aux-objectifs-du-grenelle-de-lenvironnement-&catid=52%3Acolloques-conferences-salons&Itemid=66&lang=fr

Harold CHENARD
Publié par Harold CHENARD
le 24/01/2012

Le nouveau label BBC est arrivé

Baptisé « Effinergie + », le successeur du fameux label « BBC-Effinergie » est un peu plus exigeant. Il présente surtout l'intérêt de prévenir une mauvaise exploitation du bâtiment.

« Le BBC c'est derrière » a affirmé Jean-Christophe Visier, Directeur du département Energie Santé Environnement du CSTB, lors de l'annonce du lancement d' "Effinergie +". Le nouveau label se base désormais sur la dernière réglementation thermique, inspirée du "BBC-Effinergie", avec l'objectif de guider la rédaction de la future RT 2020. « Effinergie+ » demande, par exemple, un Bbio inférieur de 20% au Bbio max imposé par la RT 2012.

Dans le nouveau label :
- La consommation maximale des 5 usages réglementaires est légèrement rabaissée. Elle passe, par exemple, pour les logements, de 50 kWhep/m²/an à 45 kWhep/m²/an jusqu'à 2014, et 40 kWhep/m²/an après (ces seuils sont modulés comme dans la RT 2012).
- L' obligation sur la perméabilité à l'air est légèrement durcie (0,4m³/h/m² sous 4 pascals en maison individuelle contre 0,6 m³/h/m² dans le cadre du "BBC- Effinergie").

Mais, ce n'est pas dans ce léger renforcement des exigences qu' "Effinergie +" présente un interêt.


«  Effinergie+ » met un pied dans l'exploitation du bâtiment

S'il ne va pas jusqu'à exiger un maximum de consommation réelle, le nouveau label souhaite prévenir une mauvaise exploitation du bâtiment. Il oblige, notamment, la mise en place de compteurs de consommation liée aux prises de courant (obligation figurant dans la RT 2012 de manière floue selon Effinergie), demande que les débits de ventilation soient mesurés à la livraison et que l'étanchéité des réseaux soit au minimum de classe B.

Autre nouveauté, afin de préparer le chemin vers le Bepos (Bâtiment à énergie positive), "Effinergie+" oblige à afficher la part de la consommation couverte par la production locale d' énergie renouvelable.

Les certificateurs devraient commencer à proposer la labélisation "Effinergie+" à partir du mois de mars. Comme pour son prédécesseur, le label ne sera pas proposé seul, mais intégré à des certifications plus larges, comme l' "habitat et environnement" de Cerqual. Le ministère de l'Ecologie n'a pas souhaité que son obtention ouvre droit à des dispositifs fiscaux plus avantageux que pour le BBC.

source : lemoniteur.fr

Groupe :
Harold CHENARD
Publié par Harold CHENARD
le 20/01/2012

Appel à projet «Travaux de reconversion de friches urbaines polluées»

L'ADEME soutient financièrement des travaux de dépollution pour la reconversion des friches urbaines polluées, au titre des actions du Grenelle de l'Environnement, dans le cadre d'un appel à projets national.

Sont concernés par cet appel à projets, tous les opérateurs publics et privés (aménageurs – promoteurs) qui développent un projet de reconversion de friches urbaines et pour lequel ils sont amenés à engager des travaux de dépollution, en l'absence de responsable de cette pollution.

La qualité des projets sera évaluée selon quatre critères :
- Date de démarrage des travaux de dépollution (de juillet 2012 à juin 2013) ;
- Qualité du plan de gestion et des travaux de dépollution ;
- Qualité du projet d'aménagement et/ou de construction ;
- Opportunité de l'aide publique (effet levier de la subvention).

La liste des dossiers aidés sera arrêtée à hauteur de la dotation financière de l'appel à projets, soit 8 M€.

La nature et montant de l'aide:
- Assiette maximum des coûts éligibles: 1,5 millions d'euros;
- Taux d'aide: 40% à 50% suivant la qualité des projets.

Le calendrier :
- 30 mars 2012 à 16h00 : date limite de remise des dossiers de candidature complets à l'ADEME Ile-de-France à l'adresse ci-dessous:

Direction régionale ADEME Ile-de-France
Monsieur Gwénaël GUYONVARCH
Candidature AAP Friches 2012
6-8 rue Jean Jaurès
92807 PUTEAUX
- 15 septembre 2012 : diffusion officielle des résultats.

Pour plus d'informations:

www.ademe.fr rubrique "Appel à propositions"

http://ile-de-france.ademe.fr/Appel-a-propositions-Reconversion.html

Contact: mickael.longepe@ademe.fr

Groupe :
Harold CHENARD
Publié par Harold CHENARD
le 11/01/2012

La plus grande centrale photovoltaïque au sol francilienne va ouvrir dans le 77

Vendredi prochain, la SOVAFIM (Société de valorisation foncière et immobilière), entreprise publique dédiée à la valorisation d'actifs immobiliers publics complexes, et SUNNCO GC (Grands Comptes), le spécialiste français des installations photovoltaïques destinées aux professionnels, inaugureront à Sourdun (Seine-et-Marne) la plus grande installation photovoltaïque d'Ile-de-France et la première au sol en Ile-de-France, en présence de M. Christian Jacob, député-maire de Provins, président de la communauté de communes du Provinois.

Genèse du projet
A l'été 2009, dans le cadre de la réorganisation des implantations territoriales du ministère de la défense, le 2ème régiment de Hussards quitte Sourdun pour rejoindre Haguenau. La reconversion du site militaire devient, pour M. Christian Jacob et pour M. Eric Torpier, le maire de Sourdun, un véritable enjeu économique.
Les élus se rapprochent de la SOVAFIM, auquel l'Etat a transféré pour sa valorisation une partie du site militaire, et de SUNNCO GC. Le dessein naît d'étudier le développement d'une centrale photovoltaïque au sol. Une fois la faisabilité du projet démontrée, la SOVAFIM et SUNNCO GC se sont associés dans la société SOVASUN pour le piloter.

Conçue par la SOVASUN, la ferme solaire a été réalisée par SUNNCO GC et financée par la SOVAFIM pour un montant de 13 M€.
SUNNCO GC en assurera la maintenance et l'exploitation.
Implantée sur un terrain de 12 ha, d'une puissance de 4,5 MW et intégrant près de 20 000 panneaux solaires, la centrale produira l'équivalent de la consommation en électricité d'une ville de 2 000 habitants et évitera le rejet dans l'atmosphère d'environ 1 400 tonnes de C02 par an.

Source : http://www.directgestion.com/sinformer/filactu/13124-la-plus-grande-centrale-photovoltaique-au-sol-francilienne-va-ouvrir-dans-le-77

Harold CHENARD
Publié par Harold CHENARD
le 09/01/2012

Formation éco-innovation / réduire vos coûts de matières premières et d'énergie

Vous êtes une PME? Vous rêver de réduire vos coûts de matières premières et d'énergie?
La formation du 3 février 2012, décrite ci-dessous, est faite pour vous!

Selon la Commission Européenne, une partie importante des coûts des produits de PMI européennes est due aux matières premières et à l'énergie. À l'état de l'art, il existe différentes méthodologies efficaces, mais les PME ne les connaissent pas et elles ne les utilisent pas.
Le but du projet REMake, dont OSEO est membre, est de supporter les PME dans la recherche de la compétitivité grâce à la réduction de coûts des produits, réalisable avec l'utilisation de méthodes d'optimisation de matières premières et d'énergie.

NOVA GREEN, animateur des éco-activités en Essonne et la Filière Innovation Entrepreneur de l'IOGS vous proposent de participer à une journée de formation gratuite où vous serons présentés des méthodes avancées et faciles d'accès pour les PME, avec la réalisation de cas concrets ainsi que des modalités de participation au dispositif d'aide.
Cette formation d'une journée aura lieu le vendredi 3 février au bâtiment 503 (Centre Scientifique d'Orsay, Bâtiment 503, 91893 ORSAY Cedex, GPS : N 48 42 23 E 002 10 27)
Les places étant limitées, veuillez nous retourner par mail votre demande d'inscription.

Pour avoir plus d'information, veuillez contacter :
Cécile Darcet - Chargée de programmes NOVA GREEN - 09 72 27 29 32 - cecile.darcet@nova-green.org
 

Pages

S'abonner à RSS - Le blog de Harold CHENARD