Chantal Etédali
Publié par Chantal Etédali
le 04/03/2011

e-santé : présentez vos produits et services le 31 mars

En partenariat avec l'ESIGETEL, Seine-et-Marne Développement recherche des entreprises dotées de compétences dans le domaine des TIC et de la santé (e-santé) qui pourront témoigner et présenter leurs produits et services dans le cadre du colloque STIC et santé organisé le 31 mars 2011 à Avon.
Si vous êtes intéressé, n'hésitez pas à contacter Dan Istrate, Enseignant-Chercheur - Responsable du laboratoire de recherche LRIT - Responsable du DA Télémedecine et SI Santé, par téléphone au 01 60 72 75 78 ou par mail.

En savoir plus

Chantal Etédali
Publié par Chantal Etédali
le 03/03/2011

Appels à projets « Ville numérique » et « Systèmes de transport intelligents »

Dans le cadre des investissements d'avenir, Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, Christine Lagarde, Ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, Eric Besson, Ministre auprès de la ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique, et René Ricol, Commissaire général à l'investissement annoncent le lancement des appels à projets « Ville numérique » et « Systèmes de transport intelligents ».

L'urbanisation croissante pose des défis considérables que ce soit en matière de transports, de sécurité, d'environnement, de gestion des déchets, d'activités économiques et d'accès à l'information. Les nouvelles technologies du numérique permettront et faciliteront la collecte et la diffusion d'informations en temps réel, partout, et sur tout support. Ainsi, grâce à des logiciels, des capteurs ou des outils de simulation, la gestion des flux urbains (circulation, pollution...) va connaître une véritable révolution. Le mobilier urbain interactif, le paiement sans contact ou encore le télétravail sont autant d'innovations qui permettront au citoyen de se sentir mieux dans sa ville.

Ces deux appels à projets s'inscrivent dans le cadre de l'action « soutien aux nouveaux services et usages du numérique », dotée au total de 2,25 milliards d'euros, du programme « Economie numérique » des investissements d'avenir.

Les réponses à ces deux appels à projets contribueront au développement de nouvelles filières technologiques génératrices de croissance et d'emplois.

La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 31 mai 2011.

A télécharger : Ville numérique  Systèmes de transport intelligents

Chantal Etédali
Publié par Chantal Etédali
le 02/03/2011

Augmentez votre visibilité et celle de votre entreprise sur BusinEst

Vous souhaitez-vous que votre entreprise soit à l'affiche et gagne en visibilité ?

Rien de plus simple,

  • compléter la fiche de votre entreprise en y insérant votre logo ;
  • publiez régulièrment des annonces ;
  • publiez des billets de blogs ;
  • participez aux groupes et club et donnez votre point de vue.

De même, si vous souhaitez rejoindre les membres à l'affiche, complétez votre profil en y ajoutant votre photo.

 

Chantal Etédali
Publié par Chantal Etédali
le 01/03/2011

Etre informé des publications sur ce site

Si vous souhaitez être informé des publications de ce site, paramétrez les notification dans la page de votre profil, en choisissant Mon profil dans le menu Ma page.

Vous y trouverez un paragraphe Paramètres d'envoi et de notifications qui vous permettra de décider si vous souhaitez recevoir des notifications par email ou par message privé (via votre messagerie BusinEst).

Vous pourrez également choisir l'intervalle d'envoi, la fréquence à laquelle vous souhaitez être informé (immédiate, quotidienne, hebdomadaire, mensuelle ...).

Chantal Etédali
Publié par Chantal Etédali
le 25/02/2011

Un portail unique pour les données publiques

Création d'Etalab, le portail unique de réutilisation des données publiques
 
Concevoir un portail unique interministériel (data.gouv.fr) rassemblant les informations publiques et permettre leur réutilisation : tel est l'objet de la mission « Etalab », créée par un décret publié le 22 février 2011. La mission avait été annoncée, lors du Conseil de modernisation des politiques publiques du 30 juin 2010, comme une mesure phare des 150 initiatives d'amélioration et de simplification des services publics en ligne au profit des usagers. Placé sous l'autorité du Premier ministre, qui a confié sa direction à Séverin Naudet, et rattaché au secrétaire général du Gouvernement (SGG), « Etalab » contribue à répondre aux recommandations du rapport remis par Franck Riester, député de Seine et Marne, en février 2010, sur le thème de l'amélioration de la relation numérique de l'usager. Il s'agit, conformément à l'article 2 du décret, de regrouper et de mettre à disposition « l'ensemble des informations publiques de l'État, de ses établissements publics administratifs et, si elles le souhaitent, des collectivités territoriales et des personnes de droit public ou de droit privé chargées d'une mission de service public ». Les informations publiques réunies par « Etalab » pourront être, entre autres, à caractère démographique, économique, statistique ou encore géographique. Dans un souci de transparence et de modernisation de l'État, « Etalab » mobilisera également certaines informations brutes afin de proposer de nouveaux services publics en ligne aux citoyens.


 
Source
© LexisNexis SA - D. n° 2011-194, 21 févr. 2011 : JO 22 févr. 2011, p. 3248

 

Chantal Etédali
Publié par Chantal Etédali
le 15/02/2011

Augmenter la visibilité de son entreprise sur Internet

Comment promouvoir votre entreprise sur Internet ? Avec ou sans site web, et des méthodes simples, vous pouvez attirer de nombreux clients vers vos services ou vos produits. Et ce, sans perdre trop de temps, ou dépenser beaucoup d'argent. Voici quelques astuces simples pour muscler votre notoriété sur la toile.

En savoir plus sur commentçamarche.net

Chantal Etédali
Publié par Chantal Etédali
le 15/02/2011

La réputation des entreprises se joue-t-elle sur les réseaux sociaux ?

A l'occasion du Top Com Corporate organisé du 7 au 9 février 2011, autour du thème de l'e-réputation, TNS Sofres a analysé l'impact des réseaux sociaux sur la réputation des entreprises du CAC 40.

Constat général : un profond changement de la relation à l'entreprise
67% des utilisateurs de réseaux sociaux pensent que la toile a profondément changé la manière dont ils s'informent sur les entreprises, et 44 % disent « aimer » utiliser Internet pour tenter de  peser sur le comportement des entreprises.

Par rapport à une précédente enquête TNS – Top Com conduite en 2008, se constate une extension des interpellations à la marque corporate, au-delà des simples dimensions commerciales. 9% des utilisateurs des réseaux sociaux y ont d'ailleurs déjà critiqué un patron ou un dirigeant d'entreprise, et 21 % y ont critiqué des entreprises ayant mal agi à leurs yeux.

Un buzz significatif sur les entreprises du CAC 40
Les grandes entreprises font l'objet d'un buzz important sur Twitter, notamment dans les secteurs de l'automobile, de la grande consommation et des télécommunications.

Sur les 42 entreprises testées, 8 ont dépassé sur le dernier trimestre 2010 une moyenne de 350 Tweets quotidiens : Renault, France Télécom Orange, Carrefour, PSA Peugeot Citroën, L'Oréal, Michelin, Danone, et BNP Paribas.

19 autres entreprises ont suscité entre 100 et 300 tweets quotidiens en moyenne chaque jour.

Les angles sont variés : gestion sociale, offre commerciale, qualité de service, publicité et sponsoring, actualité corporate.

Qu'en reste-t-il dans la mémoire des internautes ? Pour 17 entreprises, le buzz a laissé des traces dans l'esprit de plus de 10 % des internautes français fréquentant les réseaux sociaux, soit plus de 2 millions de personnes. Le quart d'entre eux se souvient même d'y avoir entendu parler de la SNCF ou de France Télécom Orange.

L'effet du buzz sur la confiance dans les entreprises n'est ni linéaire ni automatique
L'indicateur de tonalité est variable selon les entreprises. En moyenne, il est plutôt favorable : 26 % des internautes ont entendu parler des entreprises testées en bien, 20 % en mal et plus de la majorité de façon neutre (52 %).

Pour autant, la tonalité et l'intensité du buzz n'exercent pas une  influence « automatique » et linéaire sur la cote de confiance. Les crises e-réputation nées sur le web restent marginales. Les réseaux sociaux vont plutôt soit amplifier des crises déjà médiatisées,  soit à l'inverse amortir certaines interpellations émanant de minorités actives, soit sédimenter sur la durée l'image d'une entreprise, en lien avec les centres d'intérêt des internautes.

Chaque cas est particulier : Observation des réseaux sociaux et analyse de la réputation « In Real Life » doivent toujours être conduites de pair. 

En savoir plus

Accéder à l'étude

Chantal Etédali
Publié par Chantal Etédali
le 15/02/2011

INSEE : Enquête sur les technologies de l'information et de la communication et le commerce électronique 2010

En trois ans, de 2007 à 2010, la proportion de sociétés équipées d'un extranet a doublé (35 % début 2010 contre 17 % début 2007). Par ailleurs, la proportion de sociétés possédant un site web progresse, notamment dans les secteurs d'activité les moins en pointe dans ce domaine.

La quasi-totalité des sociétés d'au moins 10 salariés est maintenant connectée à l'internet. Son utilisation dans les relations avec les autorités publiques se développe fortement. Ainsi, trois sociétés sur quatre ont rempli des formulaires administratifs en ligne au cours de 2009.

Début 2010, près de 60 % des sociétés d'au moins 10 salariés échangent par voie électronique de l'information dans un format permettant son traitement automatique. Moins d'un quart des sociétés a mis en place une politique de sécurité des technologies de l'information et de la communication (TIC). Seul le secteur financier et des assurances est très impliqué dans ce domaine.

En 2009, l'achat par voie électronique est presque deux fois plus répandu que la vente : 26 % des sociétés d'au moins 10 salariés ont passé commande par voie électronique et seulement 14 % ont reçu des commandes par cette voie. Le montant des ventes par voie électronique représente 13 % du chiffre d'affaires total des sociétés et celui des achats électroniques 13 % du total des achats. Les commandes passées ou reçues via d'autres réseaux électroniques que les sites web représentent les trois quarts du montant des achats ou des ventes électroniques.

En savoir plus

Chantal Etédali
Publié par Chantal Etédali
le 14/02/2011

Gros retard numérique dans les TPE !

Présence sur Internet, modes d'existence sur le Web, typologie des sites les plus consultés, usages de la messagerie électronique : la dernière enquête de la FCGA sur les TIC dans les TPE confirme l'inquiétant retard numérique dont souffrent les petites entreprises françaises. Synthèse et chiffres-clés.
Selon l'étude menée par la FCGA au troisième trimestre 2010, pas loin des deux tiers des entrepreneurs interrogés (62%) déclarent n'être toujours pas présents sur Internet. Une proportion spectaculaire quand on sait le caractère incontournable du réseau planétaire dans la nouvelle économie. Les différents dispositifs publics destinés à rattraper le temps perdu (Passeport pour l'Économie numérique, notamment) semblent ne pas être parvenus à réduire la fracture technologique dans les petites entreprises.

Totalement banalisée dans la vie quotidienne personnelle, la messagerie électronique peine à s'imposer dans la vie professionnelle des petites entreprises. Un gros tiers d'entre elles (36%) confient même ne jamais y recourir ! Un entrepreneur sur cinq (21%) l'utilise occasionnellement. Soit 57% de « réfractaires ». Seulement 43% des entrepreneurs questionnés affirment utiliser régulièrement leur messagerie électronique.

En savoir plus
 

Pages

S'abonner à RSS - Le blog de Chantal Etédali